Actus VIH pour la semaine du 10 mai au 16 mai 2010

Publié le 12.05.2010 | par Patricia Fener

Brèves

Dermatoses neutrophiliques et VIH : un cas d’erythema elevatum diutinum associé à un pyoderma gangrenosum
Deux dermatoses neutrophiliques, un erythema elevatum diutinum et un pyoderma gangrenosum, ont été diagnostiquées simultanément chez un patient infecté par le VIH suivi par une équipe médicale du groupe hospitalier Henri-Mondor–Albert-Chenevier de Créteil (France).

Aspergillose : y penser devant un abcès rénal chez un patient séropositif
L’abcès du rein peut être révélateur d’une aspergillose disséminée chez les patients infectés par le VIH. Bien que très rare, cette complication inhabituelle de l’infection à VIH/sida doit faire partie du diagnostic différentiel des masses rénales chez le sujet séropositif.

Rapports

Rapport MISSION RDRs. Prévention et réduction des risques dans les groupes à haut risque vis-à-vis du VIH et des IST
France Lert, Gilles Pialoux. 10 mars 2010, 238 pages
Cette expertise des nouvelles méthodes de prévention vise à renforcer l’efficacité de la prévention de l’infection par le VIH-sida et des IST vis-à-vis des groupes à haut risque d’acquisition ou de transmission du virus.

Bibliographie

Agenda pour une action accélérée au niveau des pays en faveur des femmes, des filles et de l’égalité des sexes dans le contexte du VIH ONUSIDA ; Note d’information pour l’action par les communautés
En 2009, à la demande du Conseil de Coordination du Programme, l’ONUSIDA a rassemblé des représentants des organisations féminines, des réseaux de femmes vivant avec le VIH, des organisations d’hommes oeuvrant en faveur de l’égalité des sexes, du système des Nations Unies, des gouvernements, et des universitaires, afin d’accélérer l’action au niveau des pays sur les femmes, les filles et l’égalité des sexes, dans le contexte du VIH.

Législation, droits des malades

Dispositif d’indemnisation des victimes de contamination au VHC et/ou VIH par voie transfusionnelle
La loi de financement de la sécurité sociale du 17 décembre 2008 a confié à l’Oniam (Office national d’indemnisation des accidents médicaux) l’examen des demandes d’indemnisation de contaminations transfusionnelles par le virus de l’hépatite C (VHC) ou le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Ce dispositif est ouvert aux victimes, quelle que soit la date de la contamination. Le décret d’application de la loi ouvrant droit à une indemnisation amiable et généralisée des victimes a été publié au Journal officiel le 12 mars dernier.

A ne pas manquer

Le calendrier vaccinal 2010
L’Institut de veille sanitaire (InVS) a publié le 22 avril le nouveau calendrier vaccinal pour l’année 2010 dans le dernier numéro thématique du BEH.
A noter en ce qui concerne le VIH :
- pour les infections à pneumocoque : il est recommandé de vacciner les enfants âgés de cinq ans et plus et tous les adultes infectés par le VIH par le vaccin polysaccharidique Pneumo 23® ;
- pour la grippe saisonnière, deux nouvelles catégories de populations font désormais partie des personnes chez qui la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée : * les personnes séjournant dans un établissement ou service de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d’hébergement, quel que soit leur âge (adultes handicapés, enfants ou jeunes handicapés, personnes âgées) ; * les personnes infectées par le VIH, quels que soient leur âge et leur statut immuno-virologique. Ces personnes seront invitées à se faire vacciner gratuitement par leur caisse d’assurance-maladie.

19 mai 2010 : journée mondiale de lutte contre les hépatites
Une maladie d’autant plus silencieuse que les médias n’en parlent pas. Et pourtant, 300 000 personnes en France sont porteuses chronique d’une hépatite B ou C et ne le savent pas. La découverte tardive d’une hépatite est une perte de chance de guérison et cependant, 1/3 des centres de dépistage anonymes et gratuits ne proposent pas ces tests… Plus de 7 000 nouvelles contaminations dont plus de 2 000 sont évitables grâce à la vaccination contre l’hépatite B. Les hépatites B et C, c’est plus de 5 000 morts chaque année en France, un mort toutes les 30 secondes dans le monde ! Dépistez-vous. Telle est la recommandation de SOS hépatites et de sa nouvelle campagne d’incitation au dépistage.

Conférences, événements

VIH et déprime : les liaisons dangereuses, 12 mai, Paris
La dépression fait partie du quotidien de près de 40 % de séropositifs. Les effets indésirables et leurs complications ont une grande influence sur la qualité de vie. Les visites chez les infectiologues permettent d’aborder les préoccupations biologiques ou médicales mais elles laissent rarement la place pour que se libère la parole sur ces effets indésirables et l’état émotionnel.
Organisée par Act Up, cette 79e Réunion Publique d’Information accueillera des malades et des spécialistes de la dépression pour animer le débat.

Journée Thématique "Hépatite C et usage de drogues : comment être aussi efficace qu’avec le VIH ? Les expériences qui marchent" ; 18 mai 2010, Paris
Les thèmes abordés seront les PES en officine, le dépistage et le diagnostique précoces, l’accompagnement thérapeutique, l’hébergement.

Croyances traditionnelles chez les migrants : aide ou obstacle À la santé ? 1 juin, Paris
Dans le cadre d’un projet-pilote financé par l’Europe et destiné à améliorer la prise en charge des migrants dans les hôpitaux européens, l’Hôpital Avicenne a été choisi pour représenter la France en raison de son expérience dans le domaine.

Convention Nationale de la lutte contre le sida ; 4 et 5 juin 2010, Paris
Tous les deux ans, Sidaction rassemble pendant deux jours tous les acteurs de la lutte contre le sida en France - associations, soignants et chercheurs - mais aussi des représentants de plus de vingt pays en développement, lors de la Convention Nationale de la lutte contre le sida, qui a toujours été accueillie à titre gracieux par la Mairie de Paris.

VIH et prison : quelles alternatives à l’enfermement des malades ? 3 juin 2010, Paris
Malgré des avancées significatives induites par la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, les procédures permettant la libération des malades incarcérés, présentant une pathologie lourde, restent difficiles à mettre en œuvre.
Les procédures d’application de la suspension de peine et les autres aménagements de peine pour raisons médicales censés apporter des réponses à cette question sont aujourd’hui très largement critiqués sur le terrain.
La question des personnes vivant avec le VIH incarcérées pose de son côté des interrogations spécifiques au regard de ces dispositifs.
En donnant la parole à des acteurs de terrain (usagers, personnels pénitentiaires, juristes, soignants...), à des personnalités qualifiées et à des représentants des administrations de la santé et de la justice, Sidaction souhaite explorer l’ensemble de ces dispositifs et les possibilités offertes pour la libération des malades incarcérés.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu