Actus VIH pour la semaine du 16 au 22 mai 2011

Publié le 20.05.2011 | par Claire Criton

Brèves

Insuffisance rénale chronique associée à l’infection au VIH
La néphropathie liée au VIH est la glomérulopathie la plus fréquente chez les sujets noirs infectés par le VIH. C’est la troisième cause d’insuffisance rénale chronique terminale dans cette population. En Afrique subsaharienne, le pronostic de l’insuffisance rénale chronique est sombre avec une forte mortalité, de 54 % à 74,6 % en fonction des études.

Effets des antirétroviraux sur les kystes parotidiens et les ranulas
Les lésions bénignes des glandes salivaires, comme les kystes lymphoépithéliaux de la parotide et les ranulas, sont relativement fréquentes chez les patients infectés par le VIH. Un traitement antirétroviral doit être tenté avant d’envisager la chirurgie, en sachant que son résultat reste très aléatoire en cas de ranulas contrairement aux kystes parotidiens qui y répondent bien.

Focus sur la diversité génétique du VIH
La pandémie à VIH est due aux virus de type 1 du groupe M. À côté de ces virus majoritaires, il existe de nombreux variants divergeant génétiquement, ayant conduit à la définition des VIH-2 et des groupes N, O et P au sein du VIH-1. Résultat de plusieurs transmissions inter-espèces de virus simiens à l’homme, ces variants font l’objet de nombreuses questions concernant leur origine, leur évolution génétique et les raisons de leur faible diffusion épidémiologique.

Rapport

Statistiques sanitaires mondiales 2011
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de publier les plus récentes statistiques sanitaires mondiales, qui correspondent aux chiffres relevés pour l’année 2008. Plus de 100 indicateurs de santé sont analysés partout dans le monde. Deux fardeaux sanitaires majeurs sont mis en évidence : les maladies infectieuses et les maladies chroniques.

Bibliographie internet

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C
HAS, mars 2011, 33 pages.
L’objectif de ce document est de recommander la meilleure stratégie de tests biologiques pour le dépistage de l’hépatite B et de l’hépatite C permettant de déterminer le statut immunitaire de la personne à risque par rapport à l’infection par les virus VHB ou VHC et de proposer la bonne prise en charge médicale suite à l’annonce du résultat du dépistage.

Le traitement anti-VIH au rang des nouvelles options de prévention prioritaires
Les résultats de l’essai HPTN 052 montrent qu’une bonne adhésion au traitement antirétroviral d’un patient VIH+ peut réduire de 96 % le risque de transmission du virus à son partenaire sexuel non infecté. De plus, l’étude montre également un bénéfice a être traité le plus précocèment possible puisqu’une différence significative dans l’apparition de la tuberculose extra-pulmonaire a pu être observée.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu