Actus VIH pour la semaine du 18 au 24 juin 2012

Publié le 26.06.2012 | par Patricia Fener

Actualités

Autophagie et infection par le VIH-1

L’autophagie est un mécanisme intracellulaire au cours duquel des agents pathogènes, en particulier les virus, sont détruits dans les autolysosomes après leur entrée dans les cellules cibles. Comme le montre l’équipe de Martine Biard-Piechaczyk du Centre d’études d’agents Pathogènes et Biotechnologies pour la Santé de Montpellier (France), l’autophagie apparaît comme l’un des mécanismes majeurs gouvernant l’infection par le VIH-1, avec cependant une régulation différente au niveau des macrophages et des lymphocytes T CD4.

Restriction de l’infection VIH et localisation nucléaire de SAMHD1

La protéine virale SAMHD1 bloque l’infection lentivirale (VIH-1 et VIS) avant la transcription inverse dans les macrophages et les cellules dendritiques. La protéine virale accessoire Vpx empêche ce blocage en induisant la dégradation protéasomale de SAMHD1. L’équipe de recherche de Monsef Benkirane du Département Bases Moléculaires de Pathologies Humaines de l’Institut de génétique humaine du CNRS (UPR 1142) à Montpellier, en coopération avec des chercheurs américains, s’est intéressée à l’importance de la localisation nucléaire de SAMHD1 dans la capacité de la protéine virale accessoire Vpx à déclencher la dégradation de cette protéine.

Bibliographie

L’autophagie, un mécanisme impliqué dans la physiopathologie de l’infection par le VIH-1

Les travaux menés au cours de cette thèse ont permis de montrer que "l’activité fusogénique de gp41 est responsable de l’induction d’autophagie et de la mort des lymphocytes T CD4 non infectés après leur contact avec Env. De façon tout à fait surprenante, il apparaît que l’autophagie est bloquée dans les lymphocytes T CD4 productivement infectés par le VIH-1 (souches X4 ou R5). Par contre, les macrophages, autre population cellulaire ciblée par ce virus, ne présentent aucun signe d’autophagie en réponse à la fixation de Env (souches X4 ou R5), alors qu’elle est induite dans les macrophages infectés par ces mêmes virus. Enfin, les derniers résultats nous ont permis de mettre en évidence une phase d’autophagie plus précoce, intervenant dans les deux heures suivant le contact avec Env. L’étude des acteurs impliqués dans l’induction de cette première phase a montré qu’elle était indépendante de la fusion membranaire induite par gp41, ainsi que de la liaison de Env aux récepteurs CD4 et CXCR4. Cette première phase d’autophagie est également présente dans les premières étapes d’infection des lymphocytes T CD4 par du virus libre, et est nécessaire à la réplication du VIH-1. Le VIH-1 adopte donc une stratégie d’exploitation du mécanisme autophagique afin d’optimiser sa réplication, mais également la propagation de l’infection."

Coévolution des virus et facteurs de restriction

L’évolution du facteur cellulaire SAMHD1 bloquant le VIH a été étudié chez une grande variété de primates. Le VIH-2 et d’autres rétrovirus proches chez les singes d’Afrique semblent échapper à ce facteur, alors que le VIH-1 ne semble pas avoir développé de moyen de contrer le facteur SAMHD1.

Les événements VIH

Du 19 au 20 juin 2012

7th International Workshop on HIV Transmission - Principles of Intervention


Du 22 au 25 juin 2012

International Symposium on Viral Hepatitis and Liver Disease

Lieu : Shanghai (Chine)


Du 27 au 28 juin 2012

7th International Workshop on Clinical Pharmacology of Hepatitis Drugs

Lieu : Cambridge MA (USA)


Du 28 au 29 juin 2012

7th International Workshop on Hepatitis C - Resistance & New Compounds

Lieu : Hyatt Regency Cambridge Hotel 575 Memorial Drive, Cambridge, MA États-Unis


Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu