Actus VIH pour la semaine du 19 au 25 septembre 2011

Publié le 23.09.2011 | par Patricia Fener

Brèves

VIH et désir de grossesse : focus sur l’assistance médicale à la procréation
En France, les couples infectés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) peuvent bénéficier de l’Assistance médicale à la procréation (AMP) depuis l’arrêté ministériel du 10 mai 2001, modifié par l’arrêté du 11 Avril 2008 puis par l’arrêté du 3 août 2010. L’AMP représente pour ces couples la possibilité d’avoir un enfant en minimisant les risques de transmission du VIH au partenaire séronégatif et à l’enfant à naître et de traiter une infertilité. Les taux de grossesse en AMP varient cependant selon le sexe du conjoint infecté, plus favorables lorsque c’est l’homme qui est séropositif. Le meeting annuel de la société européenne de Médecine de la Reproduction et d’Embryologie (ESHRE) qui s’est tenu à Stockholm du 3 au 6 juillet 2011 a été l’occasion de faire le point sur l’assistance médicale à la procréation chez les couples infectés par le VIH.

Le risque d’AVC augmenté chez les sujets séropositifs
Le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) serait plus important chez le patient infecté par le VIH. Une étude danoise montre une augmentation du risque d’AVC en présence comme en absence de facteurs de risque connus.

Etat de la recherche

Human Phosphate Binding Protein (HBPB) : ses propriétés inhibitrices de la réplication du VIH mises à jour par des équipes françaises
Les équipes du professeur Rohr et du Dr Schwartz de l’Université de Strasbourg et du professeur Chabriere de l’Université de la méditerranée ont mis en évidence les puissantes propriétés inhibitrices de la protéine humaine HBPB (Human Phosphate Binding Protein) sur la réplication du VIH.

Bibliographie internet

Pink Ribbon Red Ribbon®, une nouvelle initiative pour améliorer la santé des femmes VIH+
Pink Ribbon Red Ribbon® est le fruit d’un partenariat entre le George W. Bush Institute, le Département d’État américain, le Plan présidentiel d’urgence d’aide à la lutte contre le sida des États-Unis (PEPFAR), la fondation Susan G. Komen for the Cure® et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA). Le but est d’exploiter les investissements publics et privés engagés dans la santé mondiale pour lutter contre le cancer du col de l’utérus et du sein qui sont deux des principales causes de décès du cancer chez les femmes en Afrique subsaharienne et en Amérique latine. Les efforts seront centrés sur le dépistage et le traitement du cancer du col de l’utérus et du sein, notamment chez les femmes des pays en développement les plus exposées au risque de contracter un cancer du col de l’utérus du fait de leur séropositivité au VIH.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu