Actus VIH pour la semaine du 25 février au 3 mars 2013

Publié le 01.03.2013 | par Patricia Fener

Actualités

Vieillissement et infection par le VIH : résultats de l’étude COREVIH Île-de-France Ouest

Depuis l’introduction en 1996 des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), on assiste à une augmentation de la longévité des personnes infectées par le VIH. En France, les patients de plus de 50 ans représentent plus de 23,6% des sujets enregistrés dans la base de données hospitalière française sur le VIH (FHDH), et 18% des patients nouvellement diagnostiqués VIH. Une équipe de médecins de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), hôpital Raymond Poincaré de Garches (France), a suivi l’évolution sur 4 ans d’une cohorte de patients infectés par le VIH, âgés de plus de 60 ans et recrutés par le Comité de coordination Régionale de lutte contre le VIH (COREVIH) Île-de-France Ouest.

Rapports scientifiques, avis

Rapport ONUSIDA sur l’épidémie mondiale de sida 2012

En 24 mois, le nombre de patients bénéficiant d’un traitement antirétroviral a augmenté de 60 %. Leur survie a entraîné dans le même temps une baisse de la mortalité. Les taux de nouvelles infections ont chuté de 50 % au minimum dans 25 pays, dont 13 en Afrique subsaharienne. La moitié des baisses constatées en matière d’infections à VIH au cours des deux dernières années concerne les enfants. Le nombre de nouvelles infections à l’échelle mondiale continue de diminuer.

Infos services

Levée de l’interdiction des soins de corps pour les personnes décédées des infections par le VIH et par les virus des hépatites B ou C

Le Directeur général de la santé et le Directeur général du travail ont interrogé le Haut Conseil de la santé publique [2] sur les risques liés aux pratiques de thanatopraxie et sur la possibilité de lever l’interdiction des soins de thanatopraxie pour les personnes décédées d’une des pathologies infectieuses mentionnées dans l’arrêté du 20 juillet 1998 fixant la liste des maladies contagieuses pour lesquelles certaines opérations funéraires sont interdites. Parmi ces maladies contagieuses figurent l’infection par le VIH et les hépatites virales.

PANRETIN 0,1%, gel (alitretinoine) - Rupture de stock

PANRETIN 0,1% gel (alitretinoine), tube de 60 g, des laboratoires TEVA est en rupture de stock effective depuis le 4 février 2013. Après accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), le laboratoire à mis à disposition des patients depuis le 11 février 2013 des unités du même médicament initialement destinées au marché allemand. La remise à disposition normale de la présentation française est prévue courant avril 2013.

Dépistage de l’infection par le VIH en France entre 2003 et 2011 : données de l’enquête LaboVIH

L’Institut de veille sanitaire (InVS) présente des données sur l’activité de dépistage du VIH en France de 2003 à 2011, à partir de l’enquête LaboVIH [4] Ces données permettent d’observer dans l’année qui a suivi la publication du Plan national de lutte contre le VIH/sida et les IST 2010-2014, une augmentation modérée de l’activité de dépistage du VIH. Il est cependant trop tôt pour savoir si cette augmentation constitue une tendance qui va se poursuivre dans les années à venir, et si elle va permettre de diminuer le nombre de personnes infectées par le VIH en France qui ignorent leur séropositivité.

Etat de la recherche

VIH, hypovitaminose D et inflammation

L’hypovitaminose D est fréquente chez les patients infectés par le VIH. Une équipe de chercheurs du CHU de Dijon et des unités INSERM U887 et U866 s’est intéressée à l’influence de l’inflammation résiduelle sous HAART (Highly Active Anti thérapie antirétrovirale) sur le catabolisme osseux de ces patients, et à sa contribution à l’hypovitaminose D. Cette étude conclue à l’intérêt de prendre en compte non seulement le type de traitement antirétroviral, mais aussi l’inflammation résiduelle sous multithérapie pour évaluer le risque de fracture des patients infectés par le VIH.

CNRS et recherche

Pénétration du VIH par l’urètre chez l’homme ; des mécanismes mieux identifiés

Les chercheurs du groupe "Entrée muqueuse du VIH et immunité muqueuse" de l’Institut Cochin (CNRS [9] /Inserm [10] /Université Paris Descartes [11], sous la direction de Morgane Bomsel et avec le soutien de l’ANRS [12]), viennent par leurs travaux de confirmer que chez les sujets de sexe masculin, l’urètre est une porte d’entrée du VIH. Le rôle des macrophages de l’épithélium urétral dans l’entrée du virus a pu être étudié, permettant une avancée dans la compréhension des mécanismes de transmission du VIH .

Bibliographie

Prise en charge des femmes enceintes infectées par le VIH en France à l’ère des multithérapies : des recommandations aux pratiques

A partir des données de l’Enquête Périnatale Française (ANRS-EPF), ce travail s’intéresse à la prise en charge en France des femmes enceintes infectées par le VIH à l’ère des multithérapies. Il mesure les écarts par rapport aux recommandations et identifie les facteurs liés à des prises en charge non optimales du point de vue du risque de transmission. Il devrait permettre l’amélioration des recommandations pour certaines situations minoritaires encore mal étudiées. Les populations en situation de précarité restent les plus à risque de prises en charge non optimales malgré l’accès universel et gratuit aux soins pour le VIH.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu