Allocation d’accompagnement d´une personne en fin de vie

Publié le 23.02.2009 | par Patricia Fener

Le 17 février 2009, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de loi qui crée une allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie.

Selon l’enquête nationale MAHO (mort à l’hôpital) du Docteur Edouard Ferrand du service de soins intensifs de l’hôpital Henri Mondor à Créteil portant sur les conditions de décès des Français à l’hôpital, il ressort que les trois quarts des malades sont seuls au moment de leur mort. De plus, 75 % des patients décèdent à l’hôpital ou en maisons de retraite alors que le souhait de la grand majorité serait de mourir chez eux entourés de leurs proches.

Pour Jean LEONETTI, auteur du rapport relatif aux droits des malades et à la fin de vie, cette rémunération allouée à un ascendant, un descendant, un frère, une sœur ou à toute personne partageant le même domicile que la personne en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, pourrait avoir un impact symbolique déterminant pour changer nos mentalités.

Cette allocation versée dans la limite d’une durée maximale de trois semaines pourrait peut-être contribuer à redonner un statut à celui qui va mourir et à retisser des liens familiaux souvent distendus.

Pour en savoir plus :
- Assemblée nationale : loi du 17 février 2009
- Rapport d’information de la mission d’évaluation de la loi N° 2005-370 du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie

Dans la presse scientifique :
Circumstances of death in hospitalized patients and nurses’ perceptions : French multicenter Mort-a-l’Hôpital survey
Ferrand E, Jabre P, Vincent-Genod C, Aubry R, Badet M, Badia P, Cariou A, Ellien F, Gounant V, Gil R, Jaber S, Jay S, Paillaud E, Poulain P, Regnier B, Reignier J, Socie G, Tardy B, Lemaire F, Brun-Buisson C, Marty J
Arch Intern Med. 2008 Apr 28 ;168(8):867-75.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu