• Accueil
  • Actualités
  • Traitement
  • Améliorer la nutrition des personnes infectées par le VIH : le Programme alimentaire mondial se mobilise

Améliorer la nutrition des personnes infectées par le VIH : le Programme alimentaire mondial se mobilise

Publié le 18.08.2009 | par Patricia Fener

Le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM) est intervenu lors du 9ème congrès international Asie/Pacifique sur le sida (ICAAP) qui s’est tenu à Bali, du 9 au 13 août 2009, pour souligner le rôle vital de la nutrition et de la sécurité alimentaire pour les personnes infectées par le VIH.

Le PAM est la plus grande organisation humanitaire du monde et fournit une aide aux populations pauvres souffrant de la faim, intervenant ainsi dans 80 pays. Depuis 1963, année de sa création, cette organisation a investi 30 milliards de dollars et distribué plus de 47 millions de tonnes de produits alimentaires pour combattre la faim, promouvoir le développement économique et social et fournir une aide de première urgence dans les situations de catastrophe.

Lors du 9ème congrès international Asie/Pacifique sur le sida, le PAM et ses partenaires se sont mobilisés pour présenter l’alimentation et la nutrition comme des composants essentiels dans la lutte contre le sida. L’amélioration du statut nutritionnel des personnes sous antirétroviraux est en effet importante pour optimiser l’efficacité et la tolérance de ces traitements.

Selon le rapport annuel 2009 du PAM, en 2008 l’organisation a apporté une aide aux 19 des 25 pays mondiaux où la prévalence du VIH/sida est la plus élevée, soit 2,4 millions de personnes et 47 pays ont bénéficié d’un appui sous la forme de programmes de prévention de la tuberculose et du VIH/sida. Le PAM mène actuellement des programmes nutrition/sida dans 51 pays à travers le monde.

Pour les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète, le sida ne fait qu’aggraver la malnutrition en réduisant la quantité de nourriture accessible. L’aide alimentaire du PAM contribue à prolonger la vie des parents et donc l’unité des familles. Elle permet aux orphelins et aux autres enfants vulnérables de continuer à aller à l’école et donc d’accéder à l’éducation, seule voie pour parvenir à l’information permettant de se protéger du VIH.

Lors de ce 9ème congrès international Asie/Pacifique sur le sida, le cas de l’Asie qui compte environ cinq millions de personnes atteintes du sida, a été abordé. Le PAM mène actuellement des programmes nutrition/sida dans 10 pays de la région Asie/Pacifique destinés aux particuliers et à leurs familles en leur fournissant de la nourriture et un support nutritionnel.

En Inde, le PAM a signé un partenariat avec l’organisation nationale pour le contrôle du sida (NACO) pour fournir un complément nutritionnel à base de blé et de soja appelé NutriPLUS, associé à des conseils nutritionnels, à plus de 15 000 personnes atteintes par le virus et recevant un traitement antirétroviral depuis plus de 15 mois. Ce composé, consommé régulièrement permet d’améliorer l’indice de masse corporelle (IMC). Les résultats ont montré une amélioration significative dans le statut nutritionnel des bénéficiaires recevant à la fois NutriPLUS et des antirétroviraux. Le PAM a l’intention de développer des programmes supplémentaires en partenariat avec les gouvernements nationaux, les agences onusiennes, le secteur privé et les ONG.

Depuis octobre 2003, le PAM est le neuvième co-financeur de UNAIDS, rejoignant ainsi d’autres agences des Nations Unies et des organisations dans leurs efforts pour lutter contre le VIH/sida et réduire l’impact de l’épidémie sur les populations les plus vulnérables.

Source :
- PAM

Pour en savoir plus :
- Rapport annuel 2009 du PAM

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu