Autophagie et infection par le VIH-1

Publié le 20.06.2012 | par Patricia Fener

L’autophagie est un mécanisme intracellulaire au cours duquel des agents pathogènes, en particulier les virus, sont détruits dans les autolysosomes après leur entrée dans les cellules cibles. Comme le montre l’équipe de Martine Biard-Piechaczyk du Centre d’études d’agents Pathogènes et Biotechnologies pour la Santé de Montpellier (France), l’autophagie apparaît comme l’un des mécanismes majeurs gouvernant l’infection par le VIH-1, avec cependant une régulation différente au niveau des macrophages et des lymphocytes T CD4.

PNG - 33.7 ko
licence Creative Commons paternité 2.5 générique.

La mort cellulaire programmée (PCD, programmed cell death) de type II, ou mort autophagique, est un mécanisme physiologique

L’autophagie dépend des gènes ATG (autophagy-related genes), faisant intervenir deux systèmes de conjugaison semblables au processus d’ubiquitination (formation des conjugués Atg12-Atg5-Atg16 et Atg8/LC3-PE), et de plusieurs voies de signalisation.

La fonction primaire de ce processus est la régulation du recyclage des protéines à durée de vie longue et des organelles cellulaires. Il consiste en une dégradation de composés cytoplasmiques à l’intérieur de vacuoles "les autophagosomes". Ces vésicules intracytoplasmiques délimitées par une double membrane, fusionnent avec les lysosomes pour former des autophagolysosomes dans lesquels se finit la dégradation.

L’autophagie est un processus complexe car il peut conduire soit à la survie, soit à la mort cellulaire

L’autophagie induite par la protéine transmembranaire gp41 de l’enveloppe du VIH est dépendante du type cellulaire et est directement liée à l’effect cytopathique du virus

Au niveau des lymphocytes T CD4
Les chercheurs du Centre d’études d’agents Pathogènes et Biotechnologies pour la Santé de Montpellier (France) ont montré que l’autophagie est induite dans les lymphocytes T CD4 non infectés après contact avec les cellules infectées par le VIH-1 via la glycoprotéine d’enveloppe gp41. Ce processus est responsable de l’apoptose de ces cellules, plaçant l’autophagie au centre de l’infection par le VIH-1.
Par contre, l’autophagie induite par la gp41 est bloquée dans les cellules T CD4 infectées de façon productive, ce qui laisse supposer que le VIH-1 possède des propriétés lui permettant de contrer ce mécanisme.

Au niveau des macrophages
L’autophagie n’est pas induite dans les macrophages non infectés, cellules cibles du VIH-1 qui persistent dans l’organisme de sujets infectés.
Par contre, l’autophagie est présente au cours de l’infection productive des macrophages et aide ainsi à la réplication du virus.

A l’heure actuelle, l’infection des cellules T CD4 et des macrophages par le VIH-1 est le premier exemple d’infection virale pour laquelle l’autophagie gouverne à la fois la réplication virale et le devenir des cellules non infectées. Ces données suggèrent également que ce processus est impliqué dans la pathogenèse de l’infection à VIH-1 ouvrant la voie à la mise au point de nouvelles stratégies thérapeutiques.


Source

1. Borel S, Espert L, Biard-Piechaczyk M. Macroautophagy Regulation during HIV-1 Infection of CD4+ T Cells and Macrophages. Front Immunol. 2012 ;3:97.
2. Centre d’études d’agents Pathogènes et Biotechnologies pour la Santé Montpellier - France. Autophagie au cours de l’infection par le VIH-1. 2012. Available at : http://www.cpbs.cnrs.fr/spip.php?ar.... Consulté juin 19, 2012.
3. Lucile Espert, Mélanie Denizot, Marina Grimaldi, et al. Autophagie et destruction des lymphocytes T CD4 par le VIH-1. Erudit. 2006. Available at : http://www.erudit.org/revue/ms/2006.... Consulté juin 19, 2012.
4. Sophie Sagnier. Thèse : L’autophagie, un mécanisme impliqué dans la physiopathologie de l’infection par le VIH-1. 2011. Available at : http://www.theses.fr/2011MON1T019. Consulté juin 20, 2012.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu