CROI 2011 : le point sur la prévention de l’infection à VIH

18e Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (Croi), Boston du 27 février au 2 mars 2011. Conférence de presse de l’Anrs.

Publié le 28.03.2011 | par Patricia Fener

Le site egora publie un article listant les points développés lors de la 18e Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2011) portant sur la prophylaxie de l’infection à VIH.

Confirmation de l’efficacité de TRUVADA avec les derniers résultats de l’étude iPrex menée pendant trois ans, avec une baisse de 44 % du risque de contamination.
Persistance du problème de l’observance médiocre du traitement qui est responsable de troubles digestifs (nausées, amaigrissement) et peut-être rénaux (augmentation non significative de la créatinine) et d’une légère diminution de la densité minérale osseuse.

Diminution de 50 à 60 % du taux de transmission du VIH par circoncision chez les jeunes Noirs africains, après une période de suivi de deux ans.
Il s’agit des taux de prévention les plus élevés relevés dans des essais de prévention qui de plus n’ont pas montré de relâchement des conduites de prévention.
Une étude observationnelle réalisée à la suite de l’essai mené à Rakai, en Ouganda, auprès de 5 000 hommes, est également rassurante puisqu’elle montre que les effets préventifs persistent sur cinq ans, sans différences dans les conduites à risque entre les hommes circoncis et non circoncis.

La protection par gel confirmée et élargie
L’étude Caprisa a montré chez la femme une efficacité préventive du gel vaginal au ténofovir , appliqué avant les rapports.
Ce gel au ténofovir est envisagé aujourd’hui pour la prophylaxie lors des rapports anaux . Appliqué par voie rectale, il permet d’obtenir des concentrations locales beaucoup plus élevées que par voie orale. Malheureusement l’utilisation de ce gel dont l’efficacité doit encore être démontrée, est limitée par une mauvaise tolérance anale. Un quart seulement des personnes ayant testé cette méthode se sont déclarées satisfaites.

Une expérimentation chez l’animal ouvre la perspective d’une prophylaxie locale postexposition grâce à un gel au raltégravir . Appliqué trois heures après l’exposition, il a permis de prévenir la transmission du SIV chez des femelles macaques.

Source :
-  egora  : VIH/sida, la prévention sous toutes ses formes (réservé aux abonnés)

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu