Co-infection VIH-tuberculose, l’essai CAMELIA

Publié le 19.07.2011 | par Claire Criton

Comment traiter les patients co-infectés par le VIH et la tuberculose ? Plus exactement, à quel moment du traitement antituberculeux faut-il mettre les patients sous antirétroviraux, notamment quand ils sont très immunodéprimés ?

L’essai CAMELIA (CAMbodian Early versus Late Introduction of Antiretroviral drugs) dont les promoteurs sont l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) et les National Institutes of Health (NIH) américains (essai ANRS 1295/12160 CIPRA KH 001/10425) apporte des données précises sur le « timing » optimal du traitement. Les investigateurs principaux de cette étude sont Thim Sok (Cambodian Health Committee-CHC, Phnom Penh), François-Xavier Blanc (Hôpital Bicêtre, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris) et Anne Goldfeld (Immune Disease Institute, Harvard Medical School, Boston et CHC). L’essai a été coordonné par le CHC avec le soutien du NIH et par l’Institut Pasteur du Cambodge dans le cadre du site ANRS du Cambodge.

Cet essai randomisé a été mené au Cambodge de 2006 à 2010 dans cinq hôpitaux et a recruté 661 patients infectés par le VIH et atteints de tuberculose.


Source

- ANRS


Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu