Coinfection VIH-tuberculose et quadrithérapie standard supervisée

Publié le 16.02.2011 | par Claire Criton

La tuberculose à microscopie positive reste une affection fréquente au Togo. Chez les patients co-infectés tuberculose-VIH bénéficiant d’une quadrithérapie standard supervisée, les taux de négativation des frottis respiratoires sont très significatifs jusqu’à la sixième semaine de traitement antituberculeux. Ceci semble confirmer une faible contagiosité à la tuberculose et un risque faible d’acquisition de résistance au traitement antituberculeux des patients infectés par le VIH.

JPEG - 2.5 ko
Coinfection sida/tuberculose

Une forte incidence de la tuberculose retrouvée dans les pays en voie de développement

Chaque année, huit millions de personnes contractent la tuberculose, dont 95 % dans les pays en voie de développement.

Le bas niveau économique, la promiscuité, la co-infection avec le VIH expliquent sa prédominance en Afrique et en Asie, où son incidence est de 7,4 millions par an.

Le traitement directement observé dit « DOTS »

Pour lutter contre la tuberculose, le Togo a adopté le régime thérapeutique basé sur le traitement directement observé dit « DOTS ». Le schéma thérapeutique de ce type de traitement comporte :
- une phase intensive de deux mois avec une quadrithérapie antituberculeuse par rifampicine, isoniazide, éthambutol et pyrazinamide ;
- une phase de continuation de quatre mois avec rifampicine et isoniazide.

Un contrôle bacilloscopique périodique permet de suivre l’évolution et l’efficacité du traitement et aussi de dépister précocement les cas de résistance.

Ce traitement assure la guérison de plus de 95 % des malades nouveaux cas.

Les patients tuberculeux coinfectés par le VIH semblent mieux répondre au traitement antituberculeux dans les six premières semaines.

Une étude prospective a étudié, au Togo, des cas consécutifs de tuberculose bacillifère pris en charge par une quadrithérapie standard supervisée, du 1er décembre 2007 au 1er décembre 2008.

Le frottis pulmonaire a été examiné à deux semaines, quatre semaines, six semaines et huit semaines dans deux groupes de patients :
- un groupe A de 96 patients atteints de tuberculose pulmonaire bacillifère co-infectés par le VIH ;
- un groupe B de 171 patients séronégatifs atteints de tuberculose pulmonaire bacillifère.

La négativation de la bacilloscopie a été obtenue comme suit :

  • plus de 87,5 % dans le groupe A contre 24,56 % dans le groupe B à deux semaines ;
  • 94 % dans le groupe A contre 61,83 % dans le groupe B à quatre semaines ;
  • 100 % dans le groupe A contre 87,33 % dans le groupe B à six semaines ;
  • 100 % dans le groupe A contre 96,77 % dans le groupe B à huit semaines.

Une faible contagiosité à la tuberculose chez les patients co-infectés tuberculose/VIH

A deux semaines, 85 % des patients co-infectés TB/VIH ont négativé leur bacilloscopie tuberculeuse sur le frottis pulmonaire, contre moins de 25 % pour les patients séronégatifs au VIH avec une différence très significative.

Ce résultat est encore plus marquant lorsque les patients sont très immunodéprimés avec un taux de CD4 inférieur à 350 cellules par millimètre cube.

Par ailleurs, les patients coinfectés avec un taux de CD4 supérieur à 350 cellules par millimètre cube et les patients séronégatifs au VIH ont présenté des réponses analogues.

Contrairement aux sujets immunocompétents, les patients tuberculeux séropositifs au VIH sont paucibacillaires et leur radiographie du thorax est pauvre en cavernes. Cela expliquerait la faible contagiosité à la tuberculose chez les patients co-infectés tuberculose/VIH.

Cette étude serait en faveur d’une diminution de la durée de l’isolement respiratoire des patients coinfectés tuberculose/VIH et d’un risque faible d’acquisition de résistance au traitement antituberculeux.


Dans la presse scientifique

- M.I. Wateba, S.A. Diop, M. Salou, K. Womitso, S. Nichols, O. Tidjani  ; “ Négativation des frottis respiratoires selon le statut VIH à la phase intensive du traitement antituberculeux chez les patients hospitalisés au Togo ” ; Médecine et Maladies Infectieuses, édition avancée en ligne du 1 Février 2011

- Plus de brèves sur tuberculose et VIH

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu