• Accueil
  • Actualités
  • Divers
  • Conclusions du Groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS sur les vaccins anti-papillomavirus humains

Conclusions du Groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS sur les vaccins anti-papillomavirus humains

Publié le 13.01.2009 | par Patricia Fener

Dans le dernier relevé épidémiologique hebdomadaire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) sur la vaccination rend compte de ses conclusions et recommandations concernant plusieurs vaccins, notamment les vaccins anti-papillomavirus humains (anti-PVH).

SAGE est le groupe consultatif principal de l’OMS pour les vaccins et l’immunisation. Il conseille l’OMS sur les stratégies et politiques mondiales de vaccination, allant de la recherche et du développement à l’administration des vaccins.

En ce qui concerne l’infection à papillomavirus humains, on sait que les PVH de types 16 et 18, transmis sexuellement, sont à l’origine de près de 70% des cancers du col de l’utérus, de proportions élevées d’autres cancers ano-génitaux et de certains cancers de la tête et du cou.
Chaque année, près de 500 000 cas de cancer du col de l’utérus se déclarent et plus de 260 000 femmes en meurent surtout dans les pays en voie de développement.

JPEG - 8.4 ko
Papillomavirus humain

Les PVH de types 6 et 11 sont responsables de près de 90% des condylomes acuminés, une maladie sexuellement transmissible courante qui peut entraîner des saignements, des douleurs, une obstruction génito-urinaire et qui récidive souvent malgré le traitement.

On dispose actuellement de deux vaccins de protection contre le cancer du col de l’utérus :
- Gardasil® des laboratoires Merck-Sanofi Pasteur, vaccin quadrivalent qui renferme des antigènes protéiques non infectieux des PVH 6, 11, 16 et 18.
- Cervarix® fabriqué par GlaxoSmithKline, vaccin bivalent qui contient des antigènes protéiques non infectieux du PVH 16 et du PVH 18.
Ces deux vaccins font partie du programme national de vaccination (PNV) de plusieurs pays à revenu élevé ou intermédiaire.

Recommandations du Groupe stratégique consultatif d’experts
Le SAGE recommande d’inclure la vaccination anti-PVH dans les programmes nationaux de vaccination.

Afin d’aider les états dans leur décision d’introduire un nouveau vaccin dans leur programme national de vaccination, un document a été élaboré par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en collaboration avec le Programme de Technologie appropriée pour la Santé (PATH) , John Snow Inc. (JSI) , l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et la Banque mondiale : “Introduction d’un vaccin dans un programme national de vaccination : décision et mise en oeuvre”. Ce rapport est destiné également à aider les responsables du PNV à mettre en oeuvre les mesures opérationnelles destinées à introduire le vaccin.

Cet outil décisionnel examine tant l’aspect politique que programmatique : il s’efforce d’apporter des indications pour que la décision d’introduire un vaccin et sa mise en oeuvre soient techniquement correctes. Il propose une procédure générique pour évaluer les vaccins susceptibles d’être introduits dans le programme de vaccination, suivie des étapes opérationnelles courantes pour leur introduction.

Conclusions du Groupe stratégique consultatif d’experts concernant les vaccins anti-PVH
- Les vaccins anti-PVH sont très efficaces chez les femmes n’ayant pas été exposées aux types de PVH visés par les vaccins.
- Il n’est pas recommandé pour l’instant de vacciner les hommes.
- Les essais d’efficacité clinique de ces deux vaccins mettent en évidence une protection qui dure au moins 5 ans. La nécessité d’avoir recours à des doses de rappel n’a pas été établie.
- La mise en place d’une surveillance sentinelle doit être établie afin de contrôler l’effet de la vaccination sur la prévalence des types de PVH, l’incidence des anomalies et lésions précancéreuses du col, l’incidence et la mortalité du cancer invasif, ainsi que sur l’incidence des condylomes acuminés.

Source :
- OMS

Pour en savoir plus :
- OMS "Introduction d’un vaccin dans un programme national de vaccination : décision et mise en oeuvre"
- HAS "Quelle place pour le vaccin papillomavirus (GARDASIL) dans la prévention du cancer du col ?"

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu