• Accueil
  • Infos services
  • Epidémiologie
  • Dépistage du VIH en salle de travail à Lubumbashi, République démocratique du Congo. Une stratégie de rattrapage dans le cadre de la prévention de la transmission de la mère à l’enfant

Dépistage du VIH en salle de travail à Lubumbashi, République démocratique du Congo. Une stratégie de rattrapage dans le cadre de la prévention de la transmission de la mère à l’enfant

Publié le 08.04.2013 | par Patricia Fener

Une étude réalisée à Lubumbashi, en République démocratique du Congo a montré que bien que le dépistage du VIH soit proposé lors des consultations prénatales (CPN), la proportion des femmes qui accouchent sans connaître leur statut sérologique au VIH est encore élevée. Proposer un dépistage rapide du VIH parmi les parturientes en salle de travail semble être une bonne stratégie de rattrapage puisque 91,4 % des patientes ont répondu positivement et ce d’autant plus facilement que la durée du counseling était inférieure ou égale à cinq minutes.

Méthodologie
L’intervention a consisté à faire le dépistage rapide du VIH chez les parturientes admises en salles de travail à Lubumbashi du 29 septembre 2010 au 28 février 2011.
Les parturientes testées VIH positives ont été prises en charge par le service de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Les analyses statistiques descriptives usuelles et une régression logistique ont été réalisées.

Résultats
Sur 474 parturientes, 433 (91,4 % ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 88,4–93,7) ont fait le dépistage volontaire du VIH en salle de travail après counseling.

L’acceptabilité du dépistage rapide du VIH était significativement plus élevée lorsque la durée du counseling était inférieure ou égale à cinq minutes (Odds ratio ajusté [ORa] = 5,8 ; IC 95 % : 2,6–13) ; chez les parturientes qui avaient déclaré ne pas avoir fait ce dépistage aux CPN (ORa = 3,8 ; IC 95 % : 2–7,8) et chez celles qui étaient en début de travail d’accouchement (ORa = 2,3 ; IC 95 % : 1,2–4,7).

En revanche, elle était plus basse chez les adolescentes que chez les adultes (ORa = 0,1 ; [CI] 95 % : 0,0–0,7).

Conclusion
A Lubumbashi (République démocratique du Congo), le conseil et le dépistage volontaire du VIH sont acceptés dans les salles de travail. En le proposant systématiquement en salle de travail, ils pourraient servir de stratégie de rattrapage en complémentarité avec le service intégré aux CPN.


Source

1. Mwembo-Tambwe ANK, Kalenga MK, Donnen P, et al. Dépistage du VIH en salle de travail à Lubumbashi, République démocratique du Congo. Une stratégie de rattrapage dans le cadre de la prévention de la transmission de la mère à l’enfant. Revue d’Épidémiologie et de Santé Publique. 2013 ;61(1):21‑27.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu