Enfin un test unique pour le dépistage du VIH

Publié le 12.07.2010 | par Claire Criton

Un réactif au lieu de deux sera désormais utilisé pour le diagnostic biologique de l’infection à VIH 1 et à VIH 2 dans les laboratoires de biologie médicale publics ou privés. Ce test unique sera un test de 4ème génération et détectera de façon combinée les anticorps anti-VIH 1 et 2 et l’antigène Ag P24.

C’est l’arrêté du 28 mai 2010, publié au Journal officiel du 9 juin qui fixe dorénavant les conditions de réalisation du diagnostic biologique de l’infection à VIH.

Un test de confirmation sera réalisé en cas de résultat positif. Un résultat négatif sera considéré comme signant l’absence d’infection par le VIH, sauf dans le cas d’une exposition supposée au VIH datant de moins de six semaines. Et en cas d’analyse de confirmation positive, un second prélèvement devra être réalisé.

Le test rapide d’orientation diagnostique (TROD) sera autorisé dans les structures médicalisées dans quatre situations d’urgence :

- En cas d’accident d’exposition au sang pour tester la personne « source » ;
- En cas d’exposition sexuelle récente pour tester un partenaire afin de proposer éventuellement un traitement post-exposition ;
- Au cours d’un accouchement pour une femme dont on ne sait pas si elle est infectée ou non ;
- En cas d’urgence diagnostique devant des symptômes évoquant un syndrome d’immunodéficience acquis (SIDA).


Voir en ligne

- ARCAT

- Signature de l’arrêté concernant les diagnostics VIH et les conditions de réalisation du test rapide


Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu