Etude des interactions entre les cellules tueuses naturelles et les cellules dendritiques dans le cadre de l’infection par le VIH-1

Arnold V., 2010, Université Paris Diderot

Publié le 12.05.2011 | par Patricia Fener

Nous nous sommes intéressés au dialogue NK-DC dans le contexte d’infection VIH-1 et dans le cadre d’une vaccination anti-VIH-1. A l’aide d’un système de co-culture autologue NK-DC infectées in vitro par le VIH-1, notre objectif était de déterminer l’impact de l’infection des DC par le VIH-1 sur les fonctions effectrices des cellules NK, et le contrôle éventuel exercé par les cellules NK de l’infection des DC par le VIH-1. Nous avons observé suite à l’infection VIH-1 des DC des changements dans l’expression du récepteur NK CD85J. Nous avons également observé une forte capacité à contrôler la réplication du VIH-1 dans les DC exercée par les NK CD85J+. Nos résultats suggèrent que l’activité anti-VIH-1 de cette population NK semble être indépendante de son activité cytotoxique et de la sécrétion de facteurs solubles, mais est spécifiquement dépendante de l’interaction entre CD85J et de(s) ligand(s) distinct(s) des molécules HLA de classe I. Par la suite, nous avons pu démontrer que le récepteur CD85J interagit avec les protéines S100A8/A9. En réponse à l’infection VIH-1 des DC, nous avons observé des modulations de l’expression de ces deux protéines à la surface des DC, ce qui pourraient en conséquence influencer l’activité anti-VIH-1 des cellules NK CD85J+ et ouvre de nouvelles pistes d’investigation pour mieux comprendre l’immunopathogénèse de l’infection VIH-1 dans les phases précoces. Nous avons également étudier l’activation des cellules NK en réponse à des DC chargées en antigène vaccinaux par l’infection MVA recombinant VIH-1. L’infection des DC parle MVA induit une forte mortalité cellulaire des DC nous amenant à mettre en place un système de co-culture NK/DC permettant la phagocytose des DC apoptotiques. Cette stimulation des cellules NK en réponse à notre candidat vaccin (MVA recombinant VIH-1) dans ce sytème consiste en l’activation de NK spécifique capable de contrôler in vitro l’infection VIH-1 dans les DC. Ces résultats démontrent la nécessité d’évaluer la réponse des cellules NK dans le développement de stratégies vaccinales antivirales.

Source :
-  Université Paris Diderot  : Etude des interactions entre les cellules tueuses naturelles et les cellules dendritiques dans le cadre de l’infection par le VIH-1

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu