Evaluation du test de diagnostic rapide du VIH en médecine générale (étude DEPIVIH)

Publié le 17.02.2011 | par Patricia Fener

L’utilisation du test de diagnostic rapide (TDR) du VIH a été évaluée en médecine générale par le Groupe d’Etudes et de Recherche Ville Hôpital (GERVIH), dans l’étude observationnelle pragmatique DEPIVIH (diagnostic rapide du VIH en médecine générale) auprès d’une soixantaine de médecins praticiens répartis sur le territoire français.

Douze tests rapides ont été envoyés à chacun d’eux ainsi qu’une affiche d’information à placarder dans leur salle d’attente. Les consignes étaient d’attendre que les gens, à la vue de l’affiche, demandent le test, ou le proposer eux-mêmes s’ils l’estimaient nécessaire, à des adultes consentants. Le choix s’est porté sur test qui rend un résultat un peu décalé en 20 minutes (certains le proposent en 5 minutes), avec l’idée que le médecin renvoie son patient en salle d’attente pour être seul pour lire le résultat et se préparer au rendu. Ce délai permet également un temps de maturation pour le patient.

Sur un mois, environ 400 patients ont été testés. En médecine générale, ce test est particulièrement destiné aux patients qui ne se feraient pas dépister, notamment les plus de 50 ans qui échappent à la logique actuelle du dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST).
Il s’avère que pour une personne sur cinq environ, le TDR proposé à cette occasion était leur premier test de dépistage du VIH .
L’acceptabilité du test par les patients est excellente.
L’acceptabilité semble un peu moins bonne côté du côté des médecins pour des raisons techniques.
Aucun résultat positif n’a été enregistré dans l’étude et donc le problème de l’annonce de la séropositivité n’a pas pu être évalué.

Source :
-  le generaliste.fr  : L’avis du Dr Jean-Pierre Aubert* : « Le TDR VIH en cabinet de ville cible les oubliés du dépistage des IST »
- GERVIH

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu