Evolution des activités de conseil et de dépistage du VIH en Afrique

Publié le 03.09.2012 | par Patricia Fener

Une analyse des publications, des politiques nationales, des cadres stratégiques, des plans et autres documents relatifs au dépistage du VIH en Afrique vient d’être publiée dans le Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé de septembre 2012. Il conclut que le Conseil et dépistage du VIH à l’initiative du fournisseur (PICT "Provider Initiated Counseling & Testing) dans les milieux cliniques a contribué à augmenter le dépistage mais que d’autres approches sont nécessaires pour atteindre les personnes qui ne font pas appel aux services de santé.

L’initiative d’un test VIH vient soit des médecins (Provider induced counselling and testing, PICT), soit des patients (Voluntary counselling and testing, VCT).

Quarante-deux pour cent (79.2%) des pays africains examinés avaient adopté une PITC, en 2005 ou 2006 pour 43,6% d’entre eux.
Tous recommandaient la PITC pour la prévention de la transmission mère-enfant du VIH, 66,7% pour les cliniques soignant la tuberculose et les patients affectés par cette maladie, et 45,2%, pour les cliniques soignant les infections sexuellement transmissibles.

D’après cette étude, il apparaît que la politique et la pratique relatives aux activités de conseil et de dépistage du VIH en Afrique soient mieux acceptées.


Source

1. De la prudence à l’urgence : l’évolution des activités de conseil et de dépistage du VIH en Afrique OMS. Available at : http://www.who.int/bulletin/volumes.... Consulté septembre 03, 2012.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu