Hépatites B et C : un accueil personnalisé dans la Maison du patient à Lyon

Publié le 18.10.2010 | par Patricia Fener

Créée en 2007 par l’Association ville hôpital hépatite C (Avhec) de Lyon, la Maison du patient, unique en France, accompagne gratuitement les patients atteints d’hépatites virales B et C dans la gestion de leur maladie. L’objectif principal de cette structure qui était de lutter contre les arrêts prématurés de traitement est atteint puisqu’en trois ans de fonctionnement, aucun adhérent n’a abandonné son traitement.

JPEG - 2.4 ko
Wikimedia commons

Une structure qui repose sur la coordination entre 131 professionnels de santé en ville et à l’hôpital et qui propose :
-  Un accompagnement gratuit des patients
Cette structure accompagne, gratuitement, les patients dans la gestion de leur maladie. Durant le premier semestre 2010, 139 personnes, dont 44 nouveaux adhérents, ont fréquenté cet établissement proche de la gare de Lyon-Perrache.

  • La première étape dans la prise en charge consiste la plupart du temps à faire le lien entre l’annonce du diagnostic par le médecin traitant et la consultation chez un spécialiste souvent éloignée dans le temps.
    La prise de contact se fait par un entretien avec une infirmière ou une psychologue. Des informations concernant la maladie, le traitement à suivre, les risques encourus et les précautions à prendre, sont délivrées. Le personnel est là pour rassurer et répondre aux questions.
  • Des consultations téléphoniques de soutien sont également organisées.
  • Cette prise en charge s’apparente à une aide pour mieux vivre avec sa maladie. Grâce à des consultations d’éducation thérapeutique, le patient apprend à se soigner et à vivre avec sa maladie. On lui explique quand prendre ses médicaments, comment s’injecter lui-même la dose prescrite ou lire ses résultats d’analyse, comment gérer les effets des traitements médicamenteux.

-  Un lieu de ressources pour les professionnels de santé
La Maison du patient dispense aux médecins et autres professionnels de santé des formations sur l’annonce du diagnostic, sur les nouveaux traitements et sur les co-infections VIH/hépatites.

-  Un lieu d’échanges
Des permanences mensuelles de l’association SOS Hépatites permettent aux personnes porteuses d’hépatites de se rencontrer et de partager leurs vécus.

De nouveaux objectifs
La démarche d’accompagnement du patient tout au long de son traitement ayant atteint ses objectifs, la Maison du patient veut maintenant orienter ses efforts vers l’amélioration du dépistage, l’information des jeunes et la sensibilisation des publics spécifiques comme les toxicomanes.

Pour y parvenir, des permanences sont organisées dans les centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (Caarud).

Plus de 20 000 porteurs des virus des hépatites B et C dans la région Rhône-Alpes
En France, environ 650 000 personnes sont porteuses des virus de l’hépatite B ou C. Chaque année, 4000 personnes meurent des suites de ces deux pathologies.

L’hépatite B est une infection sexuellement transmissible alors que l’hépatite C se transmet principalement par l’usage de drogues.
Toutefois, ces deux infections virales sont transmissibles par contact direct ou indirect avec du sang contaminé, par l’intermédiaire de matériels non décontaminés ou non stériles.

Les hépatites sont trois fois plus fréquentes chez les personnes en situation de précarité.

La symptomatologie est silencieuse et un malade sur deux ignore être touché par cette maladie silencieuse qui détruit lentement le foie. Les hépatites chroniques virales sont souvent asymptomatiques et en l’absence de traitement, elles peuvent évoluer vers une cirrhose et se compliquer avec l’apparition d’un cancer du foie. Ces complications représentent la seconde cause de transplantation hépatique en France. Il est donc important de les dépister le plus précocément possible.

Les traitements existent et, selon les génotypes, on estime les chances de guérison entre 50% et 85%. Cependant, les effets secondaires des médicaments sont fréquents et difficiles à supporter, rendant compliquée la compliance au long cours des traitements.

Grâce à ce type de structure tel que la Maison du patient, un accompagnement du patient tout au long de sa maladie et de son traitement permet d’éviter une interruption prématurée de ses médicaments.



Source :
-  magazine de l’Ordre national des médecins  : Hépatites B et C - La maison du patient, l’atout guérison

- la maison du patient

-  drogues info service  : les caarud

- sos hépatites

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu