Implication du VIH dans la distribution des cellules dendritiques entre les compartiments des organes lymphoïdes et du sang

Thèse de doctorat d’Immunologie soutenue par Leïla PERIE, le 14 octobre 2009 (Institut Cochin, CNRS UMR 8104, INSERM U 567, Paris V)

Publié le 18.10.2010 | par Patricia Fener

Les cellules dendritiques constituent une population hétérogène de cellules d’origine hématopoïétique. Ces cellules interviennent au niveau de la réponse immunitaire innée et adaptative. On peut les classer en deux groupes, les cellules dendritiques myeloïdes (mDC) et les plasmacytoïdes (pDC). Les pDC sont connues pour être les principales cellules productrices d’interférons de type I qui ont une activité antivirale forte.

L’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) a une action sur la distribution et la fonction des cellules dendritiques. Ainsi le nombre des cellules dendritiques est diminué dans le sang des patients atteints par le VIH.

Ce travail de thèse étudie les mécanismes liés à cette diminution. En particulier l’hypothèse de la domiciliation des cellules dendritiques dans les organes lymphoïdes. Nous montrons une accumulation des pDC dans la rate des patients infectés contrairement aux mDC. Dans les ganglions de macaques cynomolgus en début d’infection par le SIV, modèle animal de l’infection par VIH, nous montrons aussi une domiciliation des pDC.

Dans la rate des patients étudiés, les pDC sont immatures et ne semblent pas être les cellules productrices d’IFN-α. D’autres cellules comme les macrophages et les lymphocytes T et B semblent prendre le relais. En revanche, chez le singe, la production d’IFN-α en primoinfection semble bien due aux pDC. Elle est corrélée avec l’apparition de mécanismes liés à la tolérance comme la sécrétion d’indoléamine 2,3-dioygénase et l’induction de lymphocytes T régulateurs.

La production d’IFN-α en primo-infection semble ainsi nécessaire à l’élimination du virus. Toutefois lorsqu’elle atteint un niveau élevé, elle a des effets délétères pour la mise en place d’une réponse immunitaire stérilisante, via l’induction de mécanismes régulateurs. Au stade chronique de l’infection, la production d’IFN-α semble promouvoir l’activation générale du système immunitaire et favoriser sa destruction.

Source :
-  ParisTech Pastel  : Implication du VIH dans la distribution des cellules dendritiques entre les compartiments des organes lymphoïdes et du sang

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu