L’ONUSIDA et l’OMS publient un nouveau rapport faisant le point sur l’épidémie de sida en 2009 dans le monde

Publié le 26.11.2009 | par Claire Criton

Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et l’Organisation mondiale de la Santé ont rendu public le 20 novembre 2009 un nouveau rapport sur cette épidémie dans le monde. Les huit dernières années ont vu une baisse de 17% des nouvelles infections et un succès au moins partiel des programmes de prévention.

Ce rapport, rendu public aujourd’hui par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) est intitulé “Le point sur l’épidémie de sida 2009”. Il est complété par un second rapport,du style magazine, qui se penche sur les nouvelles idées et les manières d’utiliser les données épidémiologiques collectées.

Données générales

Le nombre de personnes vivant avec le VIH à travers le monde a continué d’augmenter en 2008, atteignant un chiffre de 20 pour cent supérieur à celui de 2000.

En 2008, environ 33.4 millions de personnes vivaient avec le VIH à travers le monde dont :

- 31.3 millions d’adultes,
- 15.7 millions de femmes,
- 2.1 millions d’enfants âgés de moins de 15 ans.

On estime que 2 millions de personnes sont décédées de maladies liées au sida en 2008, dont :

- 1.7 million d’adultes,
- 280 000 enfants âgés de moins de 15 ans.

Les nouvelles infections à VIH

Plus de 2.7 millions de personnes nouvellement infectées par le VIH ont été enregistrées en 2008 dont 2.3 millions d’adultes et 430 000 enfants âgés de moins de 15 ans.

Les nouvelles infections à VIH ont baissé de 17% au cours des huit dernières années :

- en Afrique subsaharienne, elles ont baissé de près de 15%, ce qui représente environ 400 000 infections de moins en 2008 ;
- en Asie de l’Est, la diminution se situait aux alentours de 25% ;
- en Asie du Sud et du Sud-Est, elle était de 10% au cours du même laps de temps ;
- en Europe orientale, après une augmentation spectaculaire des nouvelles infections parmi les consommateurs de drogues injectables, l’épidémie s’est considérablement stabilisée. Toutefois, dans certains pays, il y a des indications selon lesquelles les nouvelles infections à VIH repartent à la hausse.

Le rapport souligne qu’au-delà du pic et du cours naturel de l’épidémie, les programmes de prévention du VIH font une différence et que le déclin constaté leur est au moins en partie imputable.

Toutefois, les conclusions montrent aussi que les ressources et les programmes de prévention ne sont pas toujours dirigés là où ils auront le plus d’impact. Des progrès plus rapides pourraient être faits et davantage de vie sauvées.

La prévention des nouvelles infections chez les enfants

La thérapie antirétrovirale a eu un impact considérable sur la prévention des nouvelles infections chez les enfants. Davantage de mères séropositives réussissent à accéder au traitement ce qui leur évite de transmettre le virus à leurs enfants. Environ 200 000 nouvelles infections ont été évitées depuis 2001.

Des inégalités

En Afrique 400 000 bébés naissent avec le VIH chaque année. L’Afrique sub-saharienne est particulièrement touchée bien que le nombre de cas de nouvelles infections ait chuté de 400 000 (soit une baisse de 15%) par rapport à 2001. Cette région concentre 67% des personnes porteuses du VIH dans le monde et 91% des nouvelles infections touchent les enfants. Le rapport estime que 1,9 million de personnes vivant dans cette zone ont été contaminés en 2008, ce qui porte à 22,4 millions le nombre d’Africains porteurs du VIH. La prévalence du VIH chez les femmes et les jeunes filles y est plus de deux fois plus élevée ; 60% des cas d’infection à VIH sont des femmes. Par exemple au Kenya, les jeunes femmes de 15 à 19 ans ont trois fois plus de risque d’être infectées que les hommes du même âge et les femmes entre 20 et 24 ans ont 5.5 fois plus de risque.

L’Asie, qui rassemble environ 60% de la population mondiale, est le deuxième foyer d’infection après l’Afrique sud-saharienne.

Neufs objectifs prioritaires de l’ONUSIDA

- réduire la transmission sexuelle ;
- prévenir la mortalité maternelle et la transmission mère-enfant ;
- augmenter l’accès aux traitements ;
- prévenir la tuberculose chez les personnes infectées par le VIH/sida ;
- prévenir la transmission chez les consommateurs de drogues ;
- abolir les lois, stigmatisations et discriminations à l’encontre des personnes séropositives ;
- stopper la violence envers les femmes et les jeunes filles ;
- encourager les jeunes à se protéger ;
- augmenter la protection sociale des malades du sida.

Conclusions

- L’infection à VIH demeure une priorité globale majeure de santé publique à travers le monde.
- Le nombre de personnes vivant avec le VIH ne cesse d’augmenter malgré les progrès importants en matière de prévention des nouvelles infections et de la baisse des décès liés au sida. Ceci s’explique par le fait que les gens vivent plus longtemps du fait des effets bénéfiques de la thérapie antirétrovirale et de la croissance démographique.
- L’infection à VIH/sida reste une des causes principales de mortalité dans le monde.
- On note d’importantes disparités géographiques des profils épidémiologiques, ce qui implique la nécessité d’adapter les actions de prévention aux besoins locaux et de décentraliser les réponses à l’épidémie mondiale de sida.
- Dans certaines parties du monde, les profils épidémiologiques sont en train de se modifier. En Europe de l’est et en Asie centrale, le mode de transmission change. En effet, la transmission par voie sexuelle, et même hétérosexuelle pour l’Asie, devient significative.
- les programmes de prévention du VIH sont un succès dans certains pays.
- L’amélioration de l’accès au traitement a eu un réel impact. La couverture du traitement antirétroviral est passé de 7% en 2003 à 42% en 2008, et même 48% en Afrique de l’est et du sud.
- Des programmes spécifiques de prévention doivent être mis en place pour toucher certaines populations comme les homosexuels et les usagers de drogues chez lesquels le taux d’infections est en augmentation.

Source en ligne

“Le point sur l’épidémie de sida en 2009”( AIDS epidemic update 2009)  ; ONUSIDA ; OMS ; Novembre 2009 ; ISBN 978 92 9173 832 8

Perspectives sida 2010 : Un nouveau regard sur l’épidémie de VIH et la riposte au sida

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu