La co-infection syphilis – VIH

Thèse de doctorat en Médecine soutenue par Lorleac’h, Aurélien. 2009, Université de Bordeaux II.

Publié le 30.04.2012 | par Patricia Fener

L’épidémie de syphilis ayant débuté en 2000 concerne principalement les homosexuels infectés par le VIH. L’objectif de cette thèse est d’analyser les caractéristiques de la syphilis chez les patients VIH.
La méthodologie a consisté en un recueil rétrospectif des cas de syphilis survenus entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2007 parmi les patients VIH inclus dans la cohorte ANRS CO3 Aquitaine.
Cent quarante-quatre cas de syphilis ont été analysés. "Tous étaient des hommes, d’âge moyen 41 ans, connaissant leur séropositivité depuis plusieurs années. 87 % étaient homosexuels ; le nombre de cas augmentait jusqu’en 2006 ( 17 en 2004, 57 en 2006) avant de décroître en 2007 (32) ; 20 % avaient un antécédent de syphilis. La majorité des patients (46 %) présentaient une syphilis secondaire ; 7 % avaient une neurosyphilis, survenant toujours en phase précoce. L’échec au traitement concernait 46 % des patients. Le diagnostic de séropositivité VIH était fait à l’occasion de la syphilis chez 13 % des patients. Un taux de CD4 plus bas n’était pas associé à une présentation clinique particulière ni à un taux d’échec plus important. La syphilis entraînait une augmentation de la charge virale et une diminution du taux de CD4."

Les résultats de cette thèse concordent avec les données nationales : augmentation régulière du nombre de cas, majorité d’homosexuels, nombreux antécédents de syphiliis qui en soulignent la banalisation. L’infection VIH favoriserait l’atteinte neurologique durant la syphilis précoce et la syphilis augmenterait le risque d’acquisition du VIH. La présentation clinique de la syphilis et le taux d’échec au traitement ne sont pas modifiés par l’immunodépression induite par l’infection rétrovirale. La syphilis modifie transitoirement l’équilibre immunovirologique des patients VIH.

La syphilis, bien que semblant peu inquiétante chez les patients VIH, suggère une augmentation des comportements à risque imposant de nouveaux moyens de prévention.


Source

1. Lorleac’h A. La co-infection syphilis – VIH  : étude rétrospective des cas de syphilis parmi les patients infectés par le VIH issus de la cohorte ANRS CO3 Aquitaine. 2009. Available at : http://www.sudoc.fr/137608373. Consulté avril 30, 2012.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu