Lancement d’une étude clinique pour le candidat vaccin VAC-3S

Publié le 18.10.2011 | par Claire Criton

La société biopharmaceutique InnaVirVax vient d’obtenir de l’AFSSAPS l’autorisation de réaliser une étude clinique de Phase I/IIa pour son vaccin thérapeutique VAC-3S dans le traitement des infections par le VIH. Ce candidat vaccin serait capable de bloquer la perte des lymphocytes T CD4+ et de protéger le système immunitaire.

JPEG - 8.8 ko
Sida et vaccin

Le point de départ : la mise en évidence d’une augmentation de l’expression à la surface des lymphocytes CD4 d’une molécule, NKp44 ligand

L’augmentation de l’expression à la surface des lymphocytes CD4 d’une molécule, NKp44 ligand a été récemment mis en évidence. Cette molécule se lie à un des récepteurs des cellules NK ("natural killer") chez les patients infectés. Les lymphocytes CD4 deviennent alors très sensibles à la lyse par les cellules NK et ce mécanisme pourrait être à l’origine d’une perte importante de lymphocytes CD4.

La molécule NKp44 ligand est induite in vitro par le contact avec un court fragment de la protéine d’enveloppe du VIH, le peptide 3S.

Chez les patients, la présence d’anticorps anti3S est associée au maintien du nombre de CD4.

Le « masquage » du peptide 3S par des anticorps pourrait être, par conséquent, une voie pour empêcher l’expression de NKp44 ligand et la mort des CD4.

Ces observations ont conduit une équipe de recherche à postuler qu’une immunisation active avec le peptide 3S pourrait inhiber l’effet pathogène des cellules NK.

Freiner la destruction des lymphocytes T CD4

Les recherches sont menées à l’hôpital Pitié Salpêtrière (AP-HP) par le Pr. Patrice Debré et le Dr. Vincent Vieillard (unité mixte INSERM et Université Pierre et Marie Curie UMRS 946).

Le peptide 3S en se fixant sur les CD4 déclenche la destruction de ces derniers par une autre catégorie de globules blancs, les NK (pour « natural killers »), habituellement chargés de détruire les cellules anormales ou infectées. Vac3S serait capable d’induire chez les patients la production d’anticorps contre le peptide 3S contenu dans l’enveloppe du virus, empêchant ainsi la destruction des lymphocytes T CD4.

C’est la découverte du mécanisme moléculaire responsable de la destruction des CD4 qui a permis de concevoir ce vaccin, qui couple le peptide 3S à une protéine et un adjuvant pour le rendre plus efficace.

Chez le primate, ce vaccin a déjà montré d’excellents résultats. Il a conduit à la production d’anticorps anti-peptide, à la prévention de l’augmentation de la molécule NKp44 ligand et de la chute du nombre des lymphocytes CD4 chez l’animal infecté.

Un essai sur 24 patients

L’étude clinique de phase I/IIa sera réalisée à l’hôpital Pitié Salpêtrière et à l’hôpital Cochin.

Elle sera menée sur 24 patients infectés par le VIH-1, sous thérapie antirétrovirale, avec une escalade de doses du vaccin. Les patients seront vaccinés puis suivis pendant une année. Des études d’innocuité seront démarrées 3 mois après la première vaccination de chaque patient.

Tester l’innocuité du vaccin comme objectif prioritaire

Les objectifs de cet essai clinique seront :

- explorer l’innocuité du vaccin (objectif prioritaire de cet essai) ;
- étudier l’immunogénicité du vaccin ;
- quantifier les effets positifs sur les marqueurs de suivi de l’infection (taux de CD4, charge virale et activation cellulaire notamment).

Vac3S serait complémentaire des trithérapies

Ce traitement viendrait en complément des thérapies actuelles, basées sur les antirétroviraux.

Compte tenu de son mode d’action, Vac3S est complémentaire des trithérapies. Il pourrait être utilisé :

- en priorité chez les patients qui ne sont pas encore traités, car ils sont encore au-dessus du seuil critique des 300 CD4 par millimètre cube de sang ;
- chez les patients qui ne répondent pas aux trithérapies ;
- chez les patients avec une charge virale indétectable mais un taux de CD4 qui demeure bas.

La commercialisation à grande échelle n’est pas attendue avant 6 ans.


Source

1.
InnaVirVax InnaVirVax obtient de l’AFSSAPS l’autorisation de réaliser une étude clinique de Phase I/IIa pour son vaccin thérapeutique dans le traitement des infections par le VIH. (2011).à <http://www.genopole.fr/IMG/pdf/CP_I... ;
2.
Fausther-Bovendo, H., Vieillard, V., Sagan, S., Bismuth, G. & Debré, P. HIV gp41 engages gC1qR on CD4+ T cells to induce the expression of an NK ligand through the PIP3/H2O2 pathway. PLoS Pathog. 6, e1000975 (2010).
3.
Debre, P., Costagliola, D., Legrand, R. & Vieillard, V. [Towards a vaccine for HIV infection : role of the gp41 envelope protein]. Bull. Acad. Natl. Med. 193, 127-136 ; discussion 137-138 (2009).
4.
Vieillard, V., Le Grand, R., Dausset, J. & Debré, P. A vaccine strategy against AIDS : an HIV gp41 peptide immunization prevents NKp44L expression and CD4+ T cell depletion in SHIV-infected macaques. Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 105, 2100-2104 (2008).
5.
VIH  : phase I/IIa pour le candidat vaccin VAC-3S. (2011).à <lequotidiendumedecin.fr>

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu