Microbicide et VIH : un gel à base de ténofovir serait très prometteur

Publié le 22.07.2010 | par Claire Criton

Un gel microbicide contenant 1% de ténofovir, réduirait le risque d’infection à VIH/sida de 39 % en moyenne, chez la femme lors de rapports sexuels. Il préviendrait aussi l’herpès génital dans 51% des cas. Les premiers résultats des essais cliniques de phase IIb, réalisés sur l’efficacité et la sécurité de ce gel ont été présentés à la 18 è Conférence internationale de Vienne sur le sida.

JPEG - 34.4 ko
Caprisa, un microbicide plein de promesses ; caprisa.org  ;

Caprisa, un gel contenant 1% de Tenofovir.

Le tenofovir est un inhibiteur de la transcriptase inverse largement utilisé comme antirétroviral, pour la prévention de l’infection à VIH.

Le VIH est un rétrovirus. C’est-à-dire que son matériel génétique est sous une forme d’ARN, une molécule proche du fameux ADN qui contient le patrimoine des cellules humaines. Pour infecter les lymphocytes, il doit transformer son patrimoine en ADN grâce à une enzyme particulière : la transcriptase inverse.

Il existe deux types d’inhibiteurs de la transcriptase inverse : les INTI (analogues nucléosidiques ou nucléotidiques) et les INNTI (analogues non nucléosidiques).

Le ténofovir est un analogue nucléotidique, inhibiteur de la transcriptase inverse du VIH.

Un essai de phase 2 visant à établir l’innocuité et l’efficacité du gel microbicide.

Cet essai de phase 2 a été réalisé sur un échantillon relativement réduit (889 femmes) auprès de femmes d’Afrique du Sud de 18 à 40 ans séronégatives, sexuellement actives et à haut risque de devenir séropositives.

La moitié des 889 femmes sollicitées utilisaient un gel contenant du tenofovir, l’autre un gel contenant un placebo.

Elles devaient utiliser le microbicide 12 heures avant les rapports sexuels et aussitôt que possible dans les 12 heures suivant les rapports.

La réduction de l’incidence du VIH/sida était statistiquement significative.

Après 30 mois, 98 femmes avaient contracté le VIH : 38 dans le groupe dont le gel était composé notamment de tenofovir et 60 dans celui où le placebo remplaçait le médicament.

le gel avec ténofovir, comparé au gel placebo, a réduit les infections par le VIH de 39 %. Plus précisément : de 28 % chez les femmes qui l’utilisaient mal, de 38 % chez celles qui l’utilisaient plus ou moins bien, et de 54 % chez celles qui s’en servaient avec régularité. Toutes semblent avoir bien toléré le gel.

L’incidence du VIH descendait même à 50 % après 12 mois de test puis l’efficacité s’est altérée en raison, selon les auteurs, d’une utilisation de moins en moins régulière du gel.

Une troisième phase de l’étude concernant plus de 4.000 femmes a déjà été engagée.

Même en étant que partiellement efficace, ce gel microbicide pourrait déjà avoir un profond impact sur la dynamique de transmission du VIH.

Ce gel contenant un antirétroviral pourrait être très utile pour la prévention du VIH chez les femmes incapables de négocier avec succès une monogamie mutuelle ou l’usage du préservatif.

Ce gel intime microbicide pourrait être disponible dès 2011.

Présentés lundi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Onusida, ces résultats, s’ils se confirment, pourraient déboucher, selon le directeur de l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS), Jean-François Delfraissy, sur "une large disponibilité de ce gel dès janvier 2011".

Ce degré de protection est-il suffisant pour justifier l’usage du gel microbicide dès maintenant ?

Ce gel apporte en tout cas un grand espoir de protection pour les femmes dont les partenaires sexuels refusent le préservatif. En effet, c’est la première fois qu’un microbicide donne un résultat positif dont on peut dire qu’il est statistiquement significatif.


Dans la presse scientifique

-  “Effectiveness and Safety of Tenofovir Gel, an Antiretroviral Microbicide, for the Prevention of HIV Infection in Women”  ; Quarraisha Abdool Karim, Salim S. Abdool Karim, Janet A. Frohlich, Anneke C. Grobler, Cheryl Baxter, Leila E. Mansoor, Ayesha B.M. Kharsany, Sengeziwe Sibeko, Koleka P.Mlisana, Zaheen Omar, Tanuja N Gengiah, SilviaMaarschalk, Natasha Arulappan, Mukelisiwe Mlotshwa, Lynn Morris, Douglas Taylor ; sciencexpress/ www.sciencexpress.org / 20 July 2010 /

- “ In Vitro and Ex Vivo Testing of Tenofovir Shows It Is Effective As an HIV-1 Microbicide ; ” Lisa C. Rohan, Bernard J. Moncla, Ratiya Pamela Kunjara Na Ayudhya, Marilyn Cost, Yunda Huang, Fang Gai, Nicole Billitto, J. D. Lynam, Kara Pryke, Phillip Graebing, Nicole Hopkins, James F. Rooney, David Friend, Charlene S. Dezzutti ; PLoS ONE 5(2) : e9310. doi:10.1371/journal.pone.0009310

Sur le web

- Le monde


Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu