Mise au point d’un nouveau biosenseur pour un test rapide du VIH

Publié le 27.08.2009 | par Claire Criton

Un nouveau biosenseur [1] capable de détecter, en moins d’une heure et de manière sûre, si le patient est infecté par le sida ou non a été mis au point par des chercheurs espagnols.

En présence d’anticorps anti-VIH, une enzyme allostérique (β-galactosidase) génétiquement modifiée produit une petite molécule électro-active, l’aminophénol, qui génère un petit courant positif qui est ensuite détecté par une électrode. Les patients infectés par le virus produisent des anticorps anti-VIH et sont donc positifs au test électrique.

Ce nouveau test de détection composé d’un petit réseau de microélectrodes serait très fiable et possèderait de nombreux avantages : facilité d’utilisation, portabilité et faible coût, le rendant très intéressant pour les centres de premières nécessités.

Voir en ligne :

bulletins-electroniques

Dans la presse scientifique :

"Fast electrochemical detection of anti-HIV antibodies : Coupling allosteric enzymes and disk microelectrode arrays"  ; Laczka O, Ferraz RM, Ferrer-Miralles N, Villaverde A, Muñoz FX, del Campo FJ ; Anal Chim Acta.2009 May 8 ; 641(1-2):1-6.


[1] Dispositif biologique permettant de capter des changements biochimiques à l’intérieur de la matière vivante et de les transmettre via un système de réception à un appareil pouvant les interpréter.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu