• Accueil
  • Actualités
  • Traitement
  • Moindre efficacité des traitements hypolipémiants chez les patients infectés par le VIH et traités par antirétroviraux.

Moindre efficacité des traitements hypolipémiants chez les patients infectés par le VIH et traités par antirétroviraux.

Publié le 19.05.2009 | par Claire Criton

Une étude rétrospective récente suggère une moindre efficacité des traitements hypolipémiants chez les patients infectés par le VIH recevant des antirétroviraux.

L’hyperlipémie est devenue un des effets indésirables associés aux traitements antirétroviraux le plus redouté par les patients. Elle est présente chez 60 % des patients traités par HAART (highly active antiretroviral therapy).

L’efficacité et la tolérance des traitements hypolipémiants ont été comparées entre une cohorte de 829 patients infectés par le VIH et une cohorte de 6 941 patients non infectés par le VIH débutant un traitement hypolipémiant pour augmentation du chiffre de LDL cholestérol ou hypertriglycéridémie. L’étude a porté sur la période 1996-2005.

La réduction du LDL cholestérol sous statines observée dans les 12 premiers mois était plus faible chez les patients infectés par le VIH que chez les séronégatifs (25,6% versus 28,3%, p = 0,001). Il n’y avait pas d’influence du type de traitement antirétroviral sur la baisse du LDL. La réduction des triglycérides sous fibrates observée dans les 12 premiers mois était également plus faible chez les patients infectés par le VIH que chez les séronégatifs (44,2% versus 59,3%, p < 0,001). La réponse thérapeutique était cependant meilleure chez les patients recevant un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (60,3%).

Le caractère rétrospectif de cette étude représente un caractère limitatif. Il semble cependant que la dyslipémie, et en particulier l’hypertryglycéridémie, soit plus difficile à traiter chez les patients sous antirétroviraux. L’efficacité du gemfibrozil semble toutefois dépendre de la famille d’antirétroviral. En effet chez les patients sous inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse, la réponse à cet hypolipémiant de la famille des fibrates était la même que dans la population générale.

Dans la presse scientifique :

- “ Efficacité des hypolipémiants chez les patients infectés par le VIH ” Silverberg MJ, Leyden W, Hurley L, Go AS, Quesenberry CP Jr, Klein D, Horberg MA ; Ann Intern Med. 3 Mars 2009 ;150(5):I38.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu