• Accueil
  • Bibliographie
  • Infos web
  • Négativation des frottis respiratoires en fonction du statut VIH chez des patients tuberculeux en phase de traitement

Négativation des frottis respiratoires en fonction du statut VIH chez des patients tuberculeux en phase de traitement

Publié le 05.04.2011 | par Patricia Fener

Une étude prospective a été conduite pendant un an chez des patients atteints de tuberculose pulmonaire bacillifère, co-infectés ou non par le VIH, naïfs de tout traitement.

Deux groupes de patients ont été formés :
- groupe A : 96 patients co-infectés tuberculose/VIH-1 ;
- groupe B : 171 tuberculeux séronégatifs pour le VIH-1.

Selon le taux de CD4, le traitement antirétroviral excluant la névirapine est débuté au 15ème jour ou deux mois après le démarrage du traitement antituberculeux. Tous les patients ont bénéficié de la quadrithérapie (isoniazide + rifampicine + ethambutol +pyrazinamide) antituberculeuse pendant deux mois. Le frottis pulmonaire a été examiné à deux semaines, quatre semaines, six semaines et huit semaines.

Une négativation de la bacilloscopie a été observée dans :
- plus de 87,5 % dans le groupe A contre 24,56 % dans le groupe B à deux semaines ;
- 94 % dans le groupe A contre 61,83 % dans le groupe B à quatre semaines ;
- 100 % dans le groupe A contre 87,33 % dans le groupe B à six semaines ;
- 100 % dans le groupe A contre 96,77 % dans le groupe B à huit semaines.

Cette étude montre que les patients tuberculeux infectés par le VIH ont mieux répondu au traitement antituberculeux dans les six premières semaines. Cette observation laisse supposer "une faible contagiosité à la tuberculose des patients infectés par le VIH et donc, une diminution de la durée de leur isolement respiratoire et un risque faible d’acquisition de résistance au traitement antituberculeux".

Source :
- M.I. Wateba, S.A. Diop, M. Salou, K. Womitso, S. Nichols, O. Tidjani Négativation des frottis respiratoires selon le statut VIH à la phase intensive du traitement antituberculeux chez les patients hospitalisés au Togo
Médecine et Maladies Infectieuses, 2011, Vol. 41, n° 3, pp. 140-144

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu