• Accueil
  • Actualités
  • Epidémiologie
  • Plan de lutte contre le VIH/Sida et les infections sexuellement transmissibles (IST) 2010-2014 : commentaires du Conseil national du sida et de la Conférence nationale de santé

Plan de lutte contre le VIH/Sida et les infections sexuellement transmissibles (IST) 2010-2014 : commentaires du Conseil national du sida et de la Conférence nationale de santé

Publié le 29.06.2010 | par Patricia Fener

Alors que le plan national « VIH/sida-IST 2010-2014 » doit normalement être présenté en juillet prochain, le Conseil national du sida et la Conférence nationale de santé dénoncent l’absence de prise en considération des recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), notamment en matière d’élargissement de dépistage du VIH à l’ensemble de la population. Le document stratégique qui leur a été remis pour avis le 14 mai dernier, ne répond pas selon eux aux attentes des acteurs de lutte contre l’infection à VIH/sida et ne reprend donc que partiellement les recommandations de la HAS.

JPEG - 10.3 ko
VIH/sida, plan national de lutte contre le VIH/sida et les IST 2010-2014 ;Wikimedia commons

Les critiques formulées par le Conseil national du sida et la Conférence nationale de santé portent sur différents points :

- Le dépistage et le traitement :
Les deux instances soulignent une absence d’ambition et une insuffisance de moyens pour faire régresser l’épidémie, alors que celle-ci reste toujours dynamique (une incidence de l’ordre de 7000 à 8000 nouvelles contaminations par an), avec pour conséquence des retards de diagnostic et de prise en charge.

La Conférence nationale de santé et le Conseil national du sida proposent de définir et d’afficher comme objectif prioritaire du plan 2010-2014, de faire régresser très significativement le nombre de nouvelles contaminations dans tous les groupes de population :

  • en amorçant un véritable changement en matière de stratégie de dépistage et d’articulation entre dépistage, traitement et prévention de la transmission du VIH ;
  • en reprenant la totalité des recommandations de la HAS, notamment celles visant à élargir la proposition de dépistage à l’ensemble de la population âgée de 15 à 70 ans, en dehors de toute notion d’exposition à risque de contamination ou de caractéristique particulière.

- La mise en cohérence des politiques publiques avec les impératifs de santé publique :
Les politiques publiques ne tiennent pas suffisamment compte des populations les plus vulnérables.

  • Les personnes migrantes, notamment celles en situation irrégulière au regard du séjour, rencontrent des difficultés d’accès aux systèmes de santé et de couverture sociale, avec pour conséquence un retard au dépistage et à l’accès aux soins.
  • Les personnes détenues, en particulier celles vivant avec le VIH disposent d’un accès limité et variable selon les établissements pénitentiaires aux moyens de réduction des risques.
  • Les usagers de drogues qui recourent en milieu libre au sniff, à l’inhalation et à l’injection ne bénéficient pas d’une information suffisante et ne disposent d’aucune structure d’accompagnement ou d’encadrement de l’usage.

- L’action de la France au plan international
La Conférence nationale de santé et le Conseil national du sida dénoncent l’absence d’objectifs internationaux dans le plan 2010-2014. Ils proposent pour répondre à l’objectif de 2005 qui devait être atteint à l’horizon 2010, de l’accès universel aux traitements antirétroviraux dans les pays à ressources limitées :

  • que la France se repositionne en tête des initiatives en faveur de la lutte mondiale contre le VIH/sida ;
  • que l’objectif de solidarité thérapeutique en réseau et de soutien à la recherche dans les pays en développement soit à nouveau une priorité.

- Les réactions du ministère de la santé et des sports sur l’avis conjoint donné par le Conseil national du sida et la Conférence nationale de santé sur le plan de lutte contre le VIH/Sida et les infections sexuellement transmissibles (IST) 2010-2014.
Pour Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la santé, il sera tenu compte de cet avis dans la phase finale d’élaboration du plan qui sera présenté dans les semaines qui viennent. La ministre a réaffirmé sa volonté de poursuivre et d’amplifier les efforts engagés depuis deux décennies dans ce domaine.



Sur le web :
- CNS : Avis conjoint du Conseil national du sida et de la Conférence nationale de santé relatif au projet de plan national VIH/sida - IST 2010-2014

- santegouv : Précisions à propos du plan de lutte contre le VIH/Sida et les infections sexuellement transmissibles (IST) 2010-2014

- Femmes et sida : "Dépistage de l’infection par le VIH en France ; les nouvelles recommandations de la Haute autorité de santé"

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu