Prescription et impact pronostique des antirétroviraux chez les patients infectés par le VIH admis en réanimation

Lecomte Lydie ; Thèse d’exercice : Médecine ; Lille 2 ; 2010

Publié le 09.06.2011 | par Patricia Fener

Les objectifs de ce travail étaient de : "Déterminer les facteurs pronostiques en réanimation et à 6 mois des patients infectés par le VIH admis en réanimation. Evaluer l’impact de l’utilisation des ARV en réanimation sur l’évolution de l’infection." Patients et méthode : Tous les patients infectés par le VIH admis dans le service de réanimation de l’Hôpital de Tourcoing de janvier 2000 à décembre 2009 ont été inclus dans une étude observationnelle. Les données concernant le séjour en réanimation et l’infection par le VIH ont été recueillies rétrospectivement dans le dossier médical. Résultats : Au total, 91 admissions ont concerné 85 patients, majoritairement au stade C de l’infection par le VIH (75%). La mortalité en réanimation était de 19%. Le pronostique en réanimation et à 6 mois était lié à la gravité de la pathologie aiguë. Un motif d’admission lié au VIH était le seul facteur pronostique indépendant à 6 mois. Un tiers seulement des patients ont reçu des ARV en réanimation. Il ne s’agissait qu’exceptionnellement d’une initiation de traitement. Les patients traités avaient une durée de survie à 1 an significativement plus longue et une charge virale plus basse à 3 et 6 mois. La tolérance des ARV était bonne. L’émergence d’une résistance aux ARV était plus fréquente chez les patients traités en réanimation. Conclusion : L’impact pronostique du traitement ARV en réanimation était limité dans notre cohorte. Une utilisation plus large des ARV en réanimation et notamment leur initiation plus fréquente serait nécessaire pour tirer des conclusions plus solides. La tolérance des ARV en réanimation était bonne."

Source :
-  SUDOC  : thèse

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu