• Accueil
  • Actualités
  • Epidémiologie
  • Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH. Addendum aux recommandations 2008 du groupe d’experts lié à la pandémie grippale A(H1N1)v

Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH. Addendum aux recommandations 2008 du groupe d’experts lié à la pandémie grippale A(H1N1)v

Publié le 21.09.2009 | par Patricia Fener

Dans le cas d’une diffusion rapide et massive du virus pandémique A(H1N1)v, il est vraisemblable qu’un grand nombre de patients infectés par le VIH soit affecté par la grippe. Bien que nous ne disposions pour l’instant que de peu de données, il est certain que l’état d’immunodépression et l’existence de co-morbidités, notamment respiratoires et hépatiques, majorent le risque de complications. Le groupe d’experts publie cet addendum afin de préciser les recommandations de prises en charge préventive et thérapeutique de la grippe pandémique dans cette population à risque. Ces recommandations concernent les sujets adultes et les enfants et ont été établies sur la base des données disponibles au début du mois de septembre 2009 et sont susceptibles d’être révisées selon l’évolution de la pandémie et des connaissances.

Le groupe d’experts recommande, chez les patients infectés par le VIH :
- "la vaccination de tous les patients contre le virus pandémique A(H1N1)v dès que le vaccin sera disponible, avec une incitation plus forte chez les patients présentant une caractéristique de plus grande vulnérabilité (absence de traitement antirétroviral, CD4 inférieurs à 500 par mm3, co-morbidités, tabagisme, précarité) et chez les enfants de moins de 5 ans, ainsi que l’évaluation de l’efficacité et de la tolérance du vaccin dans cette population ;

- la vérification de l’état vaccinal et la mise à jour de la vaccination anti-pneumococcique, si nécessaire, selon les recommandations déjà édictées ;

- la vaccination de tous les patients contre la grippe saisonnière dès la disponibilité du vaccin ;

- la prescription précoce d’un inhibiteur de la neuraminidase à visée prophylactique chez les patients les plus vulnérables (absence de traitement antirétroviral, CD4 inférieurs à 500 par mm3, co-morbidités, tabagisme, précarité) et chez les enfants (en particulier en dessous de cinq ans) ayant eu un contact étroit avec des cas avérés ou suspects de grippe, si le dernier contact avec le ou les cas suspects date de moins de 48 heures ;

- la prescription d’un traitement curatif par inhibiteur de la neuraminidase pour une durée prévisionnelle de 5 jours chez les patients les plus vulnérables ainsi que chez les enfants de moins de cinq ans, chez qui un diagnostic de grippe A(H1N1)v possible est porté. Il est impératif de s’assurer, au plus tôt, de l’absence de complication, en particulier de pneumonie bactérienne secondaire, justifiant une prise en charge spécifique".

Source :
- Sante-sports.gouv

Pour en savoir plus :
- Vaccination contre le pneumocoque chez l’adulte VIH+ et pandémie grippale H1N1 : recommandations du Comité Technique de vaccination

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu