Prise en charge tardive de l’infection par le VIH

Caraux-Paz P., 2009

Publié le 25.05.2011 | par Patricia Fener

"Les patients découvrant leur séropositivité pour le VIH à un stade tardif sont nombreux, autour de 30% selon les différentes études. Le pronostic de l’infection par le VIH n’est pas le même chez ces patients. Nous avons essayé de mieux comprendre les déterminants de ce recours tardif aux soins. Le service de Maladies infectieuses de l’hôpital Tenon prend en charge une file active importante de patients séropositifs pour le VIH. Nous avons fait une étude rétrospective entre 2000 et 2007 pour étudier les caractéristiques des patients séropositifs pour le VIH dépistés tardivement. Le recours tardif a été défini par un taux de CD4 inférieur à 200/mm3 et/ou une pathologie opportuniste définissant le stade SIDA au moment de la première prise en charge. Le profil majoritaire qui semble se dégager est composé de patients de sexe masculin (65,7%), originaire d’Afrique subsaharienne (53%) et de mode de contamination hétérosexuelle (58,4%). Les variables recueillies sur le parcours de soin ou l’itinéraire de vie ne permettent pas de dégager des conclusions. Elles permettraient, complétées par une étude qualitative de mieux comprendre les raisons du recours tardif. Cette thématique renvoie à la question du dépistage encore non efficient. "

Source :
-  Université Paris Diderot  : Thèse

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu