• Accueil
  • Infos services
  • Epidémiologie
  • Résultats de l’étude STIC IGRAVIH : Incidence et valeur prédictive positive à six mois, du dépistage de la tuberculose latente, par les tests IGRA in vitro, chez les patients infectés par le VIH naïfs de tout ARV en France

Résultats de l’étude STIC IGRAVIH : Incidence et valeur prédictive positive à six mois, du dépistage de la tuberculose latente, par les tests IGRA in vitro, chez les patients infectés par le VIH naïfs de tout ARV en France

Publié le 19.08.2013 | par Patricia Fener

Une étude de cohorte prospective multicentrique, dans 30 centres français, a étudié le dépistage de la tuberculose latente par les tests IGRA (pour interferon gamma release assay) chez 415 patients infectés par le VIH, naïfs d’antirétroviraux et sans tuberculose-maladie. Les résultats montrent que ces tests retrouvent une prévalence de 13,5 %, et prédisent l’évolution vers une tuberculose maladie à six mois avec un RR de 44,0. Il s’agit de la première étude comparant le test cutané (l’intradermo réaction/IDR) et les deux tests IGRA disponibles en France, le Quantiféron gold IT® (QFT TB gold IT ®) et le Tspot TB®, chez des patients VIH naïfs de traitement dans un pays a faible incidence de tuberculose, avec un suivi de six mois ayant permis d’évaluer la prévalence de tuberculose latente en France et les valeurs prédictives de ces tests.

Le dépistage et le traitement de la tuberculose latente (TBL) sont importants pour diminuer l’évolution et la mortalité liées à la tuberculose-maladie, notamment chez les patients infectés par le VIH. Ce dépistage, actuellement basé sur la mise en évidence d’une réponse immunologique mémoire antimycobactérienne (IDR ou tests in vitro), est altéré par l’infection par le VIH. Les tests in vitro (IGRA) testant une réponse plus spécifique montrent leur intérêt, en combinaison avec l’IDR ou isolément, pour le dépistage et le traitement de la tuberculose latente.

Le principe des tests IGRA repose sur la mise en évidence in vitro, et de façon standardisée, de la première étape de la réaction immunologique d’hypersensibilité retardée à Mycobacterium tuberculosis qui est la même que celle réalisée in vivo au cours d’une IDR à la tuberculine. Au cours des tests IGRA, les cellules T sont stimulées in vitro par l’antigène tuberculeux, et la production d’interféron gamma est mesurée le lendemain.


Source

1. A. Bourgarit, G. Baron, G. Breton, et al.
Incidence et Valeur Prédictive Positive à Six Mois Du Dépistage de La Tuberculose Latente Par Tests in Vitro Chez Les Patients Infectés Par Le VIH Naïf de Tout ARV En France : Résultats de L’étude STIC IGRAVIH. NCT00805272. La Revue de Médecine Interne 34, Supplement 1 : A38.
2. S Lavaud. Détecter la tuberculose avec un test d’interféron ou par IDR ? 2013. Available at : http://www.medscape.fr/infections-v... Consulté le août 19, 2013.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu