Résurgence de la syphilis en France ; à propos d’une étude réalisée au CHU de Nantes

Publié le 19.08.2013 | par Patricia Fener

En France, on constate une résurgence de la syphilis depuis le début des années 2000. Une étude réalisée au CHU de Nantes (France), entre 2000 et 2010, montre une augmentation de l’incidence de cette infection bactérienne à Treponema pallidum, sexuellement transmissible, notamment dans la population homosexuelle et met en évidence les potentielles sévérités et complexités diagnostiques de cette infection.

Les dossiers ont été retenus sur la base des données sérologiques du service de bactériologie (positivité du TPHA et du VDRL) et sur les données du PMSI.

Le nombre de sérologies positives a été multiplié par 8 sur la période examinée.
Sur les 36 patients hospitalisés, 97 % étaient des hommes, de 17 à 75 ans. Dix-huit étaient infectés par le VIH. Parmi eux, 94 % étaient homosexuels et 67 % avaient un antécédent d’infections sexuellement transmissibles.
Le délai moyen entre les symptômes et le diagnostic était significativement plus grand chez les patients non infectés par le VIH. _ Trente-trois pour cent des patients présentaient une syphilis secondaire cutanéo-muqueuse souvent accompagnée de signes généraux, 50 % une neurosyphilis sous la forme d’une uvéite le plus souvent, et un patient présentait une syphilis tertiaire sous la forme de gommes osseuses.
Les patients présentant une syphilis secondaire isolée étaient traités par une à trois injections de benzathine pénicilline G. Les patients présentant une syphilis tardive ou une neurosyphilis étaient traités par pénicilline G ou ceftriaxone.
Trente-neuf pour cent des patients atteints de neurosyphilis gardaient des séquelles neurosensorielles.

Devant ce constat, les auteurs recommandent de réaliser plus largement la sérologie de la syphilis devant un tableau clinique compatible.


Source

1. M. Lefebvrea, C. Biron, A. Guillouzouicb, M.E. Juvinb, A. Masseauc, A. Néelc, O. Grossid, D. Boutoillea. La syphilis au CHU de Nantes entre 2000 et 2010 : à propos de 36 patients hospitalisés La revue de Médecine Interne. Available online 12 August 2013. In Press, Corrected Proof.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu