Rôle de l’infection aiguë et précoce dans la transmission du VIH

Publié le 30.06.2011 | par Patricia Fener

Le risque de transmission du VIH lors d’un rapport hétérosexuel est plus élevé en cas d’infection précoce et aiguë qu’en cas d’infection chronique. Des chercheurs américains ont mis au point un modèle mathématique afin de prédire l’effet d’éventuelles interventions de prévention ciblant l’infection précoce uniquement, l’infection chronique seule, ou les deux stades. Les données d’incidence du VIH à Lilongwe, au Malawi ont été utilisées dans ce modèle dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue "The Lancet".

PNG - 12.9 ko
VIH, infection aiguë, transmission, modèle mathématique ;Wikimedia commons : “Hiv-timecourse”

Mise au point d’un modèle mathématique décrivant la transmission hétérosexuelle du VIH
Une équipe de chercheurs du National Institutes of Health for AIDS research, de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill (Etats-Unis), a développé un modèle mathématique décrivant la transmission hétérosexuelle du VIH, en utilisant des données comportementales et virales collectées à Lilongwe.

Ils ont inclus le contact sexuel à l’intérieur et à l’extérieur des couples stables et ont divisé la période infectieuse en intervalles, afin d’identifier l’évolution de la transmissibilité du VIH en fonction du stade de l’infection.

Adaptation du modèle aux données de prévalence du VIH à l’aide d’une méthode de fusion bayésienne
Les données de prévalence de l’infection à VIH ont été recueillies au sein des centres médicaux prénataux de Lilongwe, pour la période située entre 1987 et 2005.

Une estimation des interventions visant à réduire la probabilité d’une transmission du VIH par contact à 0.00003, chez les personnes en bénéficiant, a été faite. De même, la proportion de personnes devant bénéficier d’un type d’intervention a été calculée pour chaque stade de l’infection.

L’infection précoce par le VIH, un rôle important dans la transmission de l’infection
Il apparaît que 38·4 % (intervalle de crédibilité [1] 95 % 18·6-52·3) des transmissions du VIH à Lilongwe seraient dues à des contacts sexuels avec des personnes en phase précoce d’infection.

- Les interventions ciblant uniquement l’infection précoce permettent de diminuer considérablement la prévalence du VIH, mais n’éliminent pas complètement la transmission, même avec une couverture de 100 %.

- Les interventions ciblant uniquement les infections chroniques permettent elles-aussi de diminuer la prévalence du VIH, mais un taux de couverture de 95-99 % est nécessaire pour éliminer la propagation.

- Dans les scénarios avec une couverture inférieure à 95 % des interventions ciblant les infections chroniques, des interventions supplémentaires touchant 25-75 % des individus atteints d’une infection précoce font considérablement diminuer la prévalence du VIH.

Ce modèle mathématique permet de conclure que l’infection précoce joue un rôle important dans la transmission du VIH dans cette région d’Afrique subsaharienne. De plus, il apparaît qu’une couverture quasi complète est nécessaire pour les interventions associées à une infection chronique si l’on veut obtenir une efficacité maximale ; sinon il faut compléter par des stratégies ciblant les sujets présentant une infection précoce.


Source :
- Powers KA, Ghani AC, Miller WC, et al.
The role of acute and early HIV infection in the spread of HIV and implications for transmission prevention stretegies in Lilongwe, Malawi : a modelling study.
Lancet. 2011 Jun 17. (article sous presse)

[1] Intervalle de crédibilité bayésien
Un intervalle de confiance classique se base sur les données observées. Un intervalle bayésien de crédibilité intègre les informations contextuelles spécifiques au problème dans la distribution a priori ; il s’agit d’un intervalle de probabilité a posteriori.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu