Rôle de la protéine VIF du virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) dans le métabolisme d’APOBEC3G : fixation à l’ARNM et inhibition traductionnelle

Thèse de doctorat soutenue par Gaëlle Mercenne, le 18-09-2009 à l’Université de Strasbourg

Publié le 28.08.2012 | par Patricia Fener

"La protéine Vif du VIH-1 est une petite protéine auxiliaire de 23 kDa, hautement basique et essentielle à la pathogénie dans les cellules non-permissives (cellules naturelles de l’infection par le VIH-1). Très récemment, il a été montré que ces cellules expriment spécifiquement un facteur de restriction, APOBEC3G (A3G) qui, en absence de Vif, induit une baisse de l’infectivité virale. Cependant, le virus a développé une stratégie qui lui permet de contourner cette défense immunitaire. Ce mécanisme d’évasion est contrôlé par la protéine Vif qui agit de multiples façons pour contrecarrer A3G : au niveau de l’encapsidation en inhibant son incorporation dans les virions, au niveau post-traductionnel en induisant sa dégradation par la voie de l’ubiquitine/protéasome et enfin au niveau traductionnel par un mécanisme encore inconnu." Le travail de cette thèse a consisté en l’étude de ce dernier volet...


Source

1. Mercenne G. Rôle de la protéine VIF du virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) dans le métabolisme d’APOBEC3G  : fixation à l’ARNM et inhibition traductionnelle. 2009. Available at : http://scd-theses.u-strasbg.fr/1716/. Consulté août 28, 2012.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu