Rôle de la protéine kinase dépendante de l’AMPc (PKA) dans les étapes précoces du cycle réplicatif du VIH-1

Publié le 15.06.2012 | par Patricia Fener

Thèse de doctorat en Biochimie et Biologie Moléculaire, soutenue par Charline Giroud le 6 avril 2012 ; Université d’Aix Marseille à Montpellier 1, dans le cadre de Sciences Chimiques et Biologiques pour la Santé, en partenariat avec UMR 5236 - Centre d’études d’agents Pathogènes et Biotechnologies pour la Santé -CPBS (laboratoire)

Les étapes précoces du cycle réplicatif du VIH-1 sont assistées par des cofacteurs cellulaires dont la nature et la fonction restent mal connues. Cette thèse présente les travaux qui ont permis de caractériser la contribution de la protéine kinase dépendante de l’AMP cyclique (PKA), dans la cellule cible ou incorporée dans la particule virale VIH-1, dans les étapes post-entrée du cycle réplicatif.

"Les virus dépourvus d’activité PKA se caractérisent par un défaut de la synthèse de l’ADN proviral. En absence de Nef, la perte d’activité PKA associée aux particules VIH-1 induit une baisse plus modérée du pouvoir infectieux. En outre, le contournement des voies d’entrée classiques, par l’utilisation de particules pseudotypées, rend l’infectiosité indépendante de l’activité PKA. L’action de PKA s’exercerait donc au sein de la particule VIH-1 assemblée et impliquerait à la fois la protéine Nef et les voies de transport des complexes de transcription inverse au cours des étapes post-entrée. De plus, l’inhibition de l’activité PKA dans les cellules cibles entraîne également un défaut de synthèse de l’ADN proviral. Nos résultats indiquent que PKA agit comme un cofacteur de la transcription inverse."


Source

1. Charline Giroud.Rôle de la protéine kinase dépendante de l’AMPc (PKA) dans les étapes précoces du cycle réplicatif du VIH-1. 2012. Available at : http://www.theses.fr/2012MON1T002. Consulté juin 15, 2012.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu