• Accueil
  • Actualités
  • Epidémiologie
  • Séroprévalence du VIH, des virus des hépatites B et C et de la syphilis au centre de transfusion sanguine de Koudougou au Burkina Faso

Séroprévalence du VIH, des virus des hépatites B et C et de la syphilis au centre de transfusion sanguine de Koudougou au Burkina Faso

Publié le 09.05.2011 | par Patricia Fener

L’objectif de tout établissement de transfusion sanguine est de maîtriser le risque transfusionnel. Une étude menée au centre de transfusion sanguine de Koudougou, au Burkina Faso, montre que les virus de l’hépatite B (VHB) et de l’hépatite C (VHC) sont les deux principales menaces pour la sécurité transfusionnelle dans ce pays.

JPEG - 24.2 ko
VIH, VHB, VHC, Syphilis, don de sang ; Wikimedia commons

En 2009, 29,82 % des donneurs étaient infectés par au moins un agent pathogène et 3,30 % présentaient des signes sérologiques d’infections multiples
- 4520 personnes ont fait un don de sang au centre de transfusion de Koudougou en 2009 :
- la qualification biologique des prélévements sanguins a permis de mettre en évidence une séroprévalence des virus de l’immunodéficience humaine (VIH) de 2,21%, des hépatites B (VHB) et C (VHC) respectivement de 14,96 %, 8,69% et de la syphilis de 3,96 %.

Des combinaisons plus fréquemment rencontrées que d’autres
- au sein des donneurs de sang présentant des infections multiples, les combinaisons de marqueurs les plus fréquemment retrouvées étaient :

  • l’association HBsAg (antigène de surface de l’hépatite B)–VHC dans 42,28 % des cas ;
  • l’association HBsAg–syphilis chez 20,13 % des donneurs infectés ;
  • l’association HBsAg–VHC–syphilis dans 3,36 % des cas.

La recherche des marqueurs biologiques des différentes infections consiste :
- pour l’infection par le VIH 1 et le VIH 2, à la mise en évidence combinée des anticorps anti-VIH 1 et 2 et de l’antigène p24 (Ag p24), complétée par la détection de l’ARN du VIH ;
- pour l’infection par le VHB, à rechercher l’antigène HBs ou des anticorps anti-HBc. Lorsque le résultat de cette recherche est positif, la détection des anticorps anti-HBs doit être effectuée. Elle est complétée par la détection de l’ADN du VHB ;
- pour l’infection par le VHC, à rechercher des anticorps anti-VHC et détecter l’ARN du VHC ;
- pour la syphilis, à dépister les anticorps anti-tréponémiques par le TPHA (Treponema pallidum Haemagglutination Assay), méthode à antigène tréponémique.

Un profil particulier du donneur porteur d’infections multiples
Les plus fortes prévalences de l’antigène de surface de l’hépatite B et du VIH ont été retrouvées chez les donneurs des zones rurales appartenant aux tranches d’âge 20–29 ans et supérieur à 40 ans.

Le don de sang au Burkina Faso est un acte volontaire et bénévole permettant aux patients en ayant besoin de bénéficier de transfusions gratuites. Dans ce pays, le traitement du paludisme notamment qui concerne une grande proportion de la population, nécessite souvent des transfusions de sang.

Devant la forte proportion des dons confirmés positifs pour les VHB, VHC, VIH et la syphilis, le centre de transfusion sanguine de Koudougou au Burkina Faso doit, pour améliorer la sécurité transfusionnelle, effectuer une sélection rigoureuse de ses donneurs et fidéliser les personnes volontaires.


Source :
- Sanou M.  Séroprévalence des VIH, VHB, VHC et syphilis chez les donneurs de sang au centre régional de transfusion sanguine de Koudougou au Burkina Faso en 2009
- Transfusion Clinique et Biologique, Volume 18, Issue 3, May 2011, Pages 338-419 (XXVe congrès de la SFTS Lyon 4-6 mai 2011)

Pour en savoir plus :
- Memoire online : SONDE I. Recrutement, sélection et fidélisation des donneurs de sang au Burkina Faso : état des lieux et propositions de solutions . Master complémentaire en médecine, présenté le 18 Juin 2008

http://www.memoireonline.com/10/10/...

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu