Sexospécificité des Infections sexuellement transmissibles

Publication de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

Publié le 20.03.2012 | par Patricia Fener

Il apparaît que les filles sont plus vulnérables que les garçons à certains risques et problèmes de santé, comme la dépression et certaines infections sexuellement transmissibles. L’OMS/Europe recommande l’adoption de politiques ciblées et respectueuses de la sexospécificité afin de répondre aux besoins particuliers des jeunes filles en matière de santé et publie une série de huit publications contenant des exemples d’actions à mettre en oeuvre dans cadre scolaire ou par les familles, les communautés et le système de santé.

En ce qui concerne les infections sexuellement transmissibles, les incidences de la syphilis, de la gonorrhée (infection à Neisseria gonorrhoeae) et de l’infection à chlamydia trachomatis sont en augmentation depuis 10 ans dans divers pays de la Région européenne de l’OMS, notamment chez les filles.
L’infection à chlamydia affecte de manière disproportionnée les jeunes et tout particulièrement les 15-24 ans (367 pour 100 000), avec des taux plus élevés chez les filles que chez les garçons ...


Source

1. OMS. La santé des adolescentes. 2012. Available at : http://www.euro.who.int/fr/what-we-.... Consulté mars 19, 2012.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu