Sida et mortalité : la tuberculose, principale cause de décès des patients infectés par le VIH au Maroc

Publié le 23.02.2012 | par Claire Criton

Dans 35% des cas, la tuberculose est la cause du décès chez les patients infectés par le VIH au Maroc. Renforcer le dépistage et la chimioprophylaxie de la tuberculose parait fondamentale pour améliorer la prise en charge de la coinfection VIH/tuberculose.

JPEG - 20.2 ko
Coinfection VIH/tuberculose

Les infections opportunistes, principales causes de mortalité dans les pays en voie de développement

Les complications cardiovasculaires, les hépatites et les cancers sont les principales causes de décès dans les pays industrialisés.

Dans pays en voie de développement comme le Maroc, malgré l’accès au traitement antirétroviral, les premières causes de décès des patients infectés par le VIH-1 sont les maladies classant sida, et principalement la tuberculose.

Une étude marocaine incluant des patients traités par antirétroviraux

Cette étude rétrospective du service des maladies infectieuses de Casablanca a suivi 1243 patients infectés par le VIH sur une période de dix ans (de juin 1999 à novembre 2009).

Tous les patients ont été traités par antirétroviraux pendant une durée moyenne de neuf mois.

Le but de cette étude était de décrire les causes de décès des 91 patients morts pendant l’étude (soit 7,3 % des patients).

La tuberculose, cause de décès dans 35 % des cas

- Dans cette étude, les patients décédés étaient :

  • en situation de précarité socioéconomique, 67 % étant sans profession ;
  • au stade C de leur maladie, donc en immunodépression profonde (98,9 % des patients) ;
  • traités depuis moins d’un an, le décès survenant dans un délai d’un à douze mois après le début des antirétroviraux.

- Les principales causes de décès étaient :

  • la tuberculose (35 %) ;
  • la cryptosporidiose intestinale (19 %) ;
  • la cryptococcose neuroméningée (13 %) ;
  • la toxoplasmose cérébrale (9 %) ;
  • le sarcome de Kaposi (6 %) ;
  • le lymphome malin non hodgkinien (2 %) ;
  • la mycobactériose atypique (2 %) ;
  • le lymphome cérébral (1 %) ;
  • l’aspergillose (1 %) ;
  • le syndrome cachectique dû au VIH (1 %) ;
  • le cancer du col utérin (1 %).

Les maladies non classantes sida étaient responsables du décès dans trois cas (3 %) et le syndrome inflammatoire de reconstitution immune dans six cas (7 %).

Malgré l’accès au traitement antirétroviral, les maladies classant sida restent les principales causes de décès des patients infectés par le VIH-1 au Maroc.

  • La tuberculose reste de loin la cause prédominante. Le Maroc est un pays d’endémie tuberculeuse, où le VIH est encore sous diagnostiqué avec une prise en charge à des stades tardifs de la maladie. Par comparaison, l’étude « Mortalité 2005 » (ANRS EN19) menée en France a montré que 39 % des décès étaient dû au sida dont 8 % par tuberculose. En Afrique du Sud, le taux de décès par tuberculose est de 44,3 %.
  • Le taux de décès par cryptococcose est de 13 %, trois fois plus que celui des pays industrialisés.
  • Les cancers classant sida représentent 10 % des décès. En France, environ 50 % des décès par sida sont dus à des cancers classant sida qui occupent ainsi la première position, contrairement à cette étude.
  • Dans cette étude, aucun décès par complications cardiovasculaires n’a été décrit et le décès par des événements non classant sida était rare. Cela pourrait être expliqué par le fait que la généralisation des antirétroviraux n’a eu lieu qu’en 2003.

La solution, renforcer le dépistage de la tuberculose chez les patients infectés par le VIH

Dans ce but, une collaboration entre le programme national de lutte contre la tuberculose et de celui de lutte contre le sida a été mise en place au Maroc. Les auteurs conseillent également la chimioprophylaxie de la tuberculose et l’adoption d’une stratégie nationale de dépistage du VIH chez le soignant.


Source

1. Sodqi M, Marih L, Lahsen AO, et al. Causes de décès de 91 patients ayant une infection à VIH traités par des antirétroviraux. La Presse Médicale. (0). Available at : http://www.sciencedirect.com/scienc.... Consulté février 23, 2012.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu