• Accueil
  • Bibliographie
  • Périodiques
  • Survie après un événement neurologique classant SIDA : association avec le score de pénétration intracérébrale des antirétroviraux (CPE)

Survie après un événement neurologique classant SIDA : association avec le score de pénétration intracérébrale des antirétroviraux (CPE)

Publié le 05.05.2011 | par Patricia Fener

Survival after neuroAIDS : association with antiretroviral CNS Penetration-Effectiveness score
Lanoy E, Guiguet M, Bentata M, Rouveix E, Dhiver C, Poizot-Martin I, Costagliola D, Gasnault J ; FHDH-ANRS CO4.
Neurology. 2011 Feb 15 ;76(7):644-51. Epub 2011 Jan 19.

Résumé :
Nous avons examiné si le score CPE (Central nervous system Penetration-Effectiveness Score ou score de pénétration intracérébrale des antirétroviraux) était associé à la survie dans les cas d’encéphalopathie liée au VIH, de leucoencéphalopathie multifocale progressive, de toxoplasmose cérébrale ou de méningite à cryptocoque.

Méthode :
Utilisant les données de la la cohorte ANRS CO4 FHDH, nous avons comparé la survie de 9 932 patients VIH+ avec un événement neurologique classant SIDA avant l’avénement des trithérapies antirétrovirales (HAART) (période entre 1992 et 1995), lors de leur mise sur le marché (entre 1996 et 1998), puis plus tardivement entre 1999 et 2004. Deux groupes ont été considérés, l’un avec les patients ayant un CPE inférieur à 1,5 et l’autre avec un CPE supérieur ou égal à 1,5 et le risque relatif de décès a été estimé avec la régression de Poisson.

Résultats :
Dans la période préHAART et HAART précoce, les traitements avec un CPE supérieur ou égal à 1,5 étaient associés à une plus faible mortalité après une encéphalopathie liée au VIH (RR 0,64 95% intervalle de confiance [CI] 0,47-0,86 and RR 0,45 ; 95% CI 0,35-0,58), comparés à ceux avec un CPE inférieur à 1,5.
Pour la période entre 1999 et 2004, il n’y a pas d’association entre le CPE et la mortalité.
Un score CPE plus élevé est associé à une plus faible mortalité pour les trois périodes après une toxoplasmose cérébrale (RR 0,68, 95% CI 0,56-0,84) ou une méningite à cryptocoque (RR 0,50, 95% CI 0,34-0,74).

Quelque soit l’événement neurologique, ces associations ne sont pas vérifiées après ajustement sur le taux d’ARN plasmatique du VIH (donnée manquante, taux inférieur à 500 copies par millilitre, taux supérieur ou égal à 500 copies par millilitre) avec un RR allant de 0,82 (95% CI 0,36-1,91) à 1,02 (0,69-1,52).

Conclusion :
Au début de l’avénement des trithérapies antirétrovirales, le score CPE était important dans la survie après des événements neurologiques classant sida, alors que pour la période 1999-2004, l’effet additionnel du CPE disparaît devant l’utilisation de plus puissants traitements antirétroviraux associée au contrôle de la charge virale plasmatique.

Abstract :
We examined if the CNS Penetration-Effectiveness (CPE) score of antiretroviral drugs was associated with survival after a diagnosis of HIV-related encephalopathy, progressive multifocal leukoencephalopathy (PML), cerebral toxoplasmosis, or cryptococcal meningitis.

METHODS : Using data from the FHDH-ANRS CO4, we compared the survival of 9,932 HIV-infected patients diagnosed with a first neurologic AIDS-defining event in the pre-combination antiretroviral therapy (cART) (1992-1995), early cART (1996-1998), or late cART (1999-2004) periods. Follow-up was subdivided (CPE < 1.5 and CPE ≥ 1.5), and relative rates (RR) of death were estimated using multivariable Poisson regression models.

RESULTS : In the pre-cART and early cART periods, regimens with CPE ≥ 1.5 were associated with lower mortality after HIV-related encephalopathy (RR 0.64 ; 95% confidence interval [CI] 0.47-0.86 and RR 0.45 ; 95% CI 0.35-0.58) and after PML (RR 0.79 ; 95% CI 0.55-1.12 and RR 0.45 ; 95% CI 0.31-0.65), compared to regimens with CPE < 1.5, while in the late cART period there was no association between the CPE score and the mortality. A higher CPE score was also associated with a lower mortality in all periods after cerebral toxoplasmosis (RR 0.68, 95% CI 0.56-0.84) or cryptococcal meningitis (RR 0.50, 95% CI 0.34-0.74). Whatever the neurologic event, these associations were not maintained after adjustment on updated plasma HIV-RNA (missing, <500, ≥500 copies/mL) with RR ranging from 0.82 (95% CI 0.36-1.91) to 1.02 (0.69-1.52).

CONCLUSION : At the beginning of the cART era, the CPE score was of importance for survival after severe neurologic event, while in the late cART period, the additional effect of CPE score vanished with more powerful antiretroviral regimens associated with plasma viral load control.

Dans la presse scientifique :
-  Survival after neuroAIDS : association with antiretroviral CNS Penetration-Effectiveness score.
Lanoy E, Guiguet M, Bentata M, Rouveix E, Dhiver C, Poizot-Martin I, Costagliola D, Gasnault J ; FHDH-ANRS CO4.
Neurology. 2011 Feb 15 ;76(7):644-51. Epub 2011 Jan 19.

Pour en savoir plus sur le score CPE :
Depuis quelques années, la question de la pénétration intracérébrale des antirétroviraux est un élément important de préoccupation. Le Pr Scott Letendre et ses collaborateurs ont modélisé une classification des molécules antirétrovirales basée sur une évaluation hiérarchisée tenant compte de leurs propriétés physicochimiques, de leurs profils pharmacocinétique et pharmacodynamique. Ils ont ainsi déterminé le score Charter ou score CPE (CNS Penetration Effectiveness Score) d’une combinaison antirétrovirale, comme la somme des scores individuels de chaque molécule, un score élevé correspondant à une meilleure pénétration qu’un score bas.
Source : Troubles neurocognitifs associés au VIH

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu