• Accueil
  • Actualités
  • Transmission mère-enfant du VIH/sida : un nouveau protocole de prévention

Transmission mère-enfant du VIH/sida : un nouveau protocole de prévention

Publié le 12.06.2008 | par Patricia Fener

La prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant repose aujourd’hui sur un protocole thérapeutique très précis, qui a démontré son efficacité. Une étude menée au Malawi et publiée récemment dans le New England Journal of Medicine nous apprend qu’une autre solution serait plus efficace.

Le risque que la transmission du VIH par une mère infectée se produise avant ou pendant l’accouchement (en l’absence de toute intervention visant à réduire la transmission) est de 15 à 25%. L’allaitement au sein par une mère infectée augmente le risque de 5 à 20%, soit un risque total de 20 à 45%. Le risque peut être réduit à moins de 2% grâce à une combinaison de prophylaxie antirétrovirale administrée à la mère pendant la grossesse et l’accouchement et au nouveau-né.

JPEG - 8.5 ko

Dans cette étude réalisée au Malawi, 3.016 enfants allaités par leurs mères séropositives ont reçu le traitement standard, à savoir une dose de névirapine à la naissance, puis une dose quotidienne de zidovudine pendant une semaine. Une partie de ces enfants a ensuite reçu pendant 14 semaines de la névirapine. Un troisième groupe, a reçu le même traitement que le groupe 2, plus de la zidovudine du 8e jour à la 14e semaine. À 9 mois, 10,6 % des bébés du 1er groupe étaient contaminés, 5,2 % de ceux du 2e groupe et 6,4 % du 3e. Soit, par rapport au traitement standard, des baisses respectives de contamination de 51 et 40 %. La différence entre les deux groupes traités plus intensivement n’est pas significative.

L’allaitement au cours des 6 premiers mois est extrêmement précieux pour la santé de l’enfant :
- Le lait maternel est le premier aliment naturel pour les nourrissons : il fournit toutes les calories et les nutriments dont l’enfant a besoin pendant les premiers mois de la vie et continue de couvrir la moitié ou plus des besoins nutritionnels pendant le second semestre de vie, et jusqu’à un tiers de ces besoins pendant la deuxième année.

- Il favorise le développement sensoriel et cognitif et protège le nourrisson contre les maladies infectieuses et chroniques. L’allaitement exclusif au sein diminue la mortalité infantile imputable aux maladies courantes de l’enfance, comme les diarrhées ou les pneumonies, et il accélère la guérison en cas de maladie.

Mais pour les mères séropositives, le choix de l’allaitement reste toujours problématique, puisqu’elles exposent leur enfant au risque d’infection

Cette étude a donc permis de montrer que l’extension du traitement réduit considérablement ce risque, avec en prime, un profil de tolérance similaire au protocole actuellement utilisé.

Source  : Breast-Feeding, Antiretroviral Prophylaxis, and HIV Glenda E. Gray, M.B., B.Ch., and Haroon Saloojee, M.B., B.Ch. This article (10.1056/NEJMe0803991) was published at www.nejm.org on June 4, 2008. It will appear in the July 10 issue of the Journal.

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu