Ulcère de Buruli : un traitement oral est maintenant disponible pour les enfants

Publié le 07.02.2011 | par Patricia Fener

L’ulcère de Buruli (UB) est une infection cutanée sévère et nécrosante due à Mycobacterium ulcerans. Des chercheurs de l’INSERM, en collaboration avec des médecins du Bénin, viennent de montrer l’efficacité d’un traitement oral associant de la rifampicine et de la clarithromycine, utilisable chez les jeunes enfants particulièrement touchés par l’ulcère de Buruli et pour lesquels il n’existait jusqu’à présent aucun traitement disponible.

GIF - 17.5 ko
Wikimedia commons

L’ulcère de Buruli ou Infection à Mycobacterium ulcerans est la mycobactériose la plus fréquemment rencontrée actuellement en zone tropicale, après la tuberculose et la lèpre.

L’OMS a lancé en 1997 l’Initiative mondiale contre l’UB (Conférence de Yamoussoukro), pour coordonner les activités de lutte et de recherche spécifiques à cette pathologie. En 1998 l’UB a été classée comme maladie émergente et reconnue comme un problème de santé publique et de développement.

Efficacité d’un traitement oral associant de la rifampicine et de la clarithromycine, utilisable chez les jeunes enfants et les femmes enceintes
Une équipe de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), en collaboration avec des médecins du Bénin, ont traité pendant 8 semaines 30 patients (12 hommes et 18 femmes) du CDTUB ( Centre de Dépistage et de Traitement de l’Ulcère de Buruli) de Pobè au Bénin présentant des stades différents de la maladie. Ils ont reçu simultanément les deux antibiotiques par voie orale une fois par jour. La voie orale est particulièrement adaptée aux zones d’endémies où l’accès aux soins est difficile.

En remplaçant la streptomycine par la clarithromycine, les chercheurs ont obtenu une limitation des effets secondaires. De plus, cette antibiothérapie par voie orale est utilisable chez les femmes enceintes et les jeunes enfants.

Ces résultats doivent être confirmés dans le cadre d’une étude multicentrique qui sera réalisée sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avec pour objectif d’évaluer cette combinaison sur un plus large nombre de malades.

Source :
L’ulcère de Buruli ou infection à Mycobacterium ulcerans
P. Abgueguen, E. Pichard Aubry
Médecine et Maladies Infectieuses, 2010, Vol. 40, n° 2, pp. 60-69
-  INSERM  : Vers le premier traitement oral de l’ulcère de Buruli
-  oxfordjournals.org  : Oral Treatment for Mycobacterium ulcerans Infection : Results From a Pilot Study in Benin

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu