Un « préservatif moléculaire » féminin innovant sous forme de gel

Publié le 25.08.2009 | par Claire Criton

Un "préservatif" féminin innovant vient d’être mis au point par des chercheurs de l’université d’Utah aux États-Unis. Il s’agit d’un gel qui se solidifie au contact du sperme. Les particules virales de VIH seraient alors piégées dans un maillage d’à peine 30 à 50 nanomètres (30 à 50 milliardièmes de mètre) empêchant ainsi la pénétration dans le tissu vaginal.

Appliqué avant le rapport sexuel, ce gel conçu par Patrick Kiser, professeur de bioingénierie à l’Université d’Utah bloquerait le passage des particules virales du sperme vers le tissu vaginal, première étape de la contamination.

Il est composé d’une association de deux polymères, PBA (acide phénylboronique) et SHA (acide Salicylhydroxamique). Un médicament antiviral (ténofovir) bloquant la réplication pourrait y être incorporé afin d’en augmenter l’efficacité.

Ce nouveau "préservatif moléculaire » réagirait aux changements de pH (acidité ou alcalinité) du vagin causés par le sperme lors de l’acte sexuel. Il deviendrait semi-solide formant un maillage "réticulé" piégeant les particules virales de VIH et bloquant leur mobilité. Dans les heures suivant l’acte sexuel, les particules virales résiduelles seraient inactivées par l’acidité retrouvée du milieu vaginal et l’antiviral contenu dans le gel résiduel.

Ce gel aurait la capacité de bloquer également d’autres virus (herpès virus et papillomavirus) et pourrait avoir un effet contraceptif en empêchant le passage des spermatozoïdes.

La revue "Advanced Functional Materials" a publié une étude qualitative sur ce nouveau gel le 10 août dernier.

Mais il faudra de la patience pour voir ce préservatif d’un nouveau genre arriver sur le marché car ce mélange polymérique ne fera l’objet d’un essai clinique que dans trois ans environ et il faudra encore quelques années supplémentaires pour qu’il soit commercialisé.

La modification de pH lors de l’acte sexuel pouvant être variable en fonction des femmes, ce gel devra pouvoir être efficace dans toutes les situations. Destiné surtout à être utilisé en Afrique sub-saharienne, il faudra également que les chercheurs s’assurent de sa stabilité même à des températures élevées.

Dans la presse scientifique :

-  Modulation of Viscoelasticity and HIV Transport as a Function of pH in a Reversibly Crosslinked Hydrogel  ; Julie I. Jay, Shetha Shukair, Kristofer Langheinrich, Melissa C. Hanson, Gianguido C. Cianci, Todd J. Johnson, Meredith R. Clark, Thomas J. Hope, Patrick F. Kiser ; Advanced Functional Materials, édition avancée en ligne du 10 août 2009

Voir en ligne

- technologyreview
- unews.utah

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu