VIH/SIDA et malnutrition sévère. Prise en charge de l’enfant en unité de réhabilitation nutritionnelle au Burkina Faso

Thèse de doctorat en "Sciences de la santé" soutenue par Savadogo, Léon GB, le 18 septembre 2007 (Université libre de Bruxelles)

Publié le 18.11.2010 | par Patricia Fener

"Le présent travail repose sur l’hypothèse que l’infection par le VIH provoque et/ou aggrave les déficits nutritionnels de l’enfant. Ces déficits nutritionnels aggravent le déficit immunitaire et ont un impact négatif sur la survie de l’enfant infecté par le VIH/SIDA. Mais cette malnutrition même grave peut être améliorée et l’amélioration de l’état nutritionnel peut améliorer la santé d’enfants infectés par le VIH, en stade avancé de la maladie, afin de rendre possible leur prise en charge par les antirétroviraux. Les travaux ont été réalisés au Burkina Faso. Le contexte géographique est favorable au développement des maladies infectieuses et parasitaires. La mortalité infanto juvénile y est élevée et ainsi que la proportion d’enfant malnutris. Bien que la courbe de la prévalence du VIH montre un début de ralentissement, l’infection continue de progresser chez les enfants. "

Source :
- ULB thèses

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu