VIH chez les consommateurs de drogues injectables en Europe

Observatoire français des drogues et des toxicomanies

Publié le 16.04.2012 | par Patricia Fener

En réponse à une augmentation des cas de VIH notifiés parmi les consommateurs de drogues injectables (UDI) en Grèce et en Roumanie, la Commission européenne a sollicité le Centre européen de prévention et contrôle des maladies [1] (CEPCM) et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies [2] (OEDT) en novembre 2011 pour mener une enquête rapide au sein des réseaux de surveillance du VIH des différents pays européens. L’analyse des résultats a montré que, bien que la plupart des pays européens n’aient signalé aucun changement dans les taux de nouveaux cas diagnostiqués de VIH ou de la prévalence du VIH chez les UDI en 2011, des augmentations ont été notées dans six pays.

A côté de la Grèce et de la Roumanie, les pays signalant une augmentation d’après des données récentes (2012-2011) sont le Luxembourg et la Lithuanie. Des augmentations régionales ont été enregistrées en Bulgarie (Sofia) et en Italie dans la région de la Vénétie (une région sur 21).


Source

1. OFDT. Le VIH chez les toxicomanes injecteurs en Grèce et en Roumanie. Available at : http://www.emcdda.europa.eu/attache.... Consulté Avril 16, 2012.


[1] Il a pour mission de contribuer à renforcer la protection de l’Europe contre les maladies infectieuses telles que la grippe, le SARS et le VIH/sida.

[2] Il fournit à l’UE et aux États membres une vue d’ensemble factuelle du phénomène de la drogue en Europe et une base d’informations probantes propres à alimenter le débat sur ce sujet

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu