• Accueil
  • Actualités
  • Traitement
  • VIH et recherche vaccinale : la réponse en anticorps neutralisants suscitée par le futur vaccin devra être plus élevée que celle provoquée par l’infection naturelle

VIH et recherche vaccinale : la réponse en anticorps neutralisants suscitée par le futur vaccin devra être plus élevée que celle provoquée par l’infection naturelle

Publié le 27.02.2009 | par Claire Criton

La réponse en anticorps neutralisants lors d’une infection à VIH-1 ne semble pas suffisante pour conférer une immunité lors d’une surinfection par ce virus, même lorsque la souche est voisine de la première. La recherche vaccinale devra en tenir compte.

Un individu peut être contaminé par deux souches très proches de VIH. Cette double infection est appelée superinfection.

Des scientifiques ont comparé les taux d’anticorps neutralisants (NAb) anti VIH-1 présents chez 6 femmes, surinfectées entre 1 à 5 ans après l’infection initiale, aux valeurs des mêmes anticorps de 18 sujets contrôles présentant un facteur de risque similaire. Aucune différence significative qualitative ou quantitative des réponses NAb n’a pu être observée avant la seconde infection. Quatre des six patients possédaient même une réponse NAb relativement étendue et puissante avant la superinfection. Une analyse complémentaire des virus variants superinfectants n’a pas démontré une résistance à la neutralisation par les anticorps.

Les chercheurs semblent penser que le taux des anticorps neutralisants anti VIH-1 suscités naturellement au cours de l’infection par le VIH-1 ne sont pas suffisants pour bloquer une éventuelle superinfection par le virus.

Ces résultats devront être pris en compte dans le développement d’un vaccin. Pour prévenir une possible superinfection, les futurs vaccins anti-VIH devront provoquer une réponse en anticorps neutralisants plus importante que celle provoquée par l’infection naturelle. C’est déjà le cas pour les vaccins contre le papillomavirus humain et l’Hépatite B, qui entrainent une production d’anticorps neutralisants égale ou supérieure à celle de l’infection naturelle.

Dans la presse scientifique :

-  Human immunodeficiency virus type 1 superinfection occurs despite relatively robust neutralizing antibody responses ; Blish CA, Dogan OC, Derby NR, Nguyen MA, Chohan B, Richardson BA, Overbaugh J ; J Virol. 2008 Dec ;82(24):12094-103

-  "Immunologic responses following administration of a vaccine targeting human papillomavirus types 6, 11, 16, and 18. Vaccin"  ; Villa, L. L., K. A. Ault, A. R. Giuliano, R. L. Costa, C. A. Petta, R. P. Andrade, D. R. Brown, A. Ferenczy, D. M. Harper, L. A. Koutsky, R. J. Kurman, M. Lehtinen, C. Malm, S. E. Olsson, B. M. Ronnett, F. E. Skjeldestad, M. Steinwall, M. H. Stoler, C. M. Wheeler, F. J. Taddeo, J. Yu, L. Lupinacci, R. Railkar, R. Marchese, M. T. Esser, J. Bryan, K. U. Jansen, H. L. Sings, G. M. Tamms, A. J. Saah, and E. Barr ; Vaccine 24:5571-5583, 2006

-  "Regulation of the neutralizing anti-hepatitis B surface (HBs) antibody response in vitro in HBs vaccine recipients and patients with acute or chronic hepatitis B virus (HBV) infection"  ; Bocher, W. O., S. Herzog-Hauff, W. Herr, K. Heermann, G. Gerken, K. H. Meyer Zum Buschenfelde, and H. F. Lohr ; Clin. Exp. Immunol. 105:52-58, 1996 Voir en ligne :

- Récentes perspectives en virologie

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu