VRCO1 et VRCO, deux anticorps capables de bloquer plus de 90% des souches connues du virus du Sida

Publié le 21.07.2010 | par Claire Criton

Deux puissants anticorps humains capables de neutraliser plus de 90 % des souches VIH-1 circulantes viennent d’être identifiés par des chercheurs américains. La découverte de ces anticorps et leur analyse structurelle sont une avancée majeure pour la recherche vaccinale.

JPEG - 37.2 ko
Sida et recherche vaccinale

Le sérum de certains sujets infectés par le VIH contient des anticorps qui neutralisent la majorité des virus de divers sous-types génétiques.

L’équipe du Centre de recherche sur les vaccins du NIAID a trouvé deux anticorps d’origine « naturelle », appelés VRC01 et VRC02 dans le sang d’une personne infectée par le VIH.

Certains de ces anticorps neutralisants sont dirigés contre la région de la glycoprotéine d’enveloppe gp120 du VIH qui s’attache au récepteur CD4, le principal récepteur cellulaire pour le VIH-1.

Des chercheurs américains ont utilisé leur connaissance de la structure de l’enveloppe du VIH-1 pour développer des glycoprotéines recombinantes de l’enveloppe du VIH-1, interagissant spécifiquement avec le site de fixation du CD4. Ces glycoprotéines ont été ensuite utilisées comme sondes pour identifier des sérums contenant des anticorps neutralisants dirigés contre le site de fixation du CD4, et pour isoler des cellules B provenant de donneurs infectés par le VIH-1.

En exprimant les gènes d’immunoglobuline de ces cellules B, les chercheurs ont identifié 3 anticorps monoclonaux, dont une paire de variants somatiques (VRC01 et VRC02) qui neutralise plus de 90 % des souches VIH-1 circulantes.

Les chercheurs ont montré que l’anticorps VRC01 a une structure cristalline lorsqu’il est fixé à la gp120 du VIH-1.

Cela a permis de définir comment l’anticorps agit et où il s’attache précisément sur le site vulnérable du virus.

Il existe un nombre considérable de variantes du VIH dans le monde entier.

Malgré cela, les scientifiques ont identifié certains sites, à la surface du virus, qui restent constants, quelles que soient les variants du virus. VRC01 et VRC02 bloquent l’infection au VIH en se fixant sur ce site.

Un vaccin candidat, stimulant la production par l’organisme d’anticorps similaires à VRC01 est à l’étude.

Ces anticorps seront utilisés pour accélérer le développement et améliorer l’efficacité de vaccins contre le VIH, qui pourraient être développés soit pour prévenir soit pour traiter l’infection à VIH. Ce vaccin serait potentiellement capable de prévenir une infection par la vaste majorité des souches VIH-1 qui circulent dans le monde.

La méthode utilisée pourrait l’être pour isoler d’autres anticorps pouvant favoriser le développement de vaccins pour prévenir ou traiter d’autres maladies

Ces recherches, encore très théoriques pour le moment, suscitent un espoir incroyable.


Sur le Web

- Sciencexpress 8 juillet 2010, Wu et coll., Zhou et coll.

- Quotimed.com, le 09/07/2010 ; Dr Véronique Nguyen ; accès réservé aux professionnels de santé

Dans la presse scientifique

- “ Structural Basis for Broad and Potent Neutralization of HIV-1 by Antibody VRC01 ” ; Tongqing Zhou, Ivelin Georgiev,Xueling Wu, Zhi-Yong Yang, Kaifan Dai, Andrés Finzi, Young Do Kwon, Johannes Scheid, Wei Shi,1 Ling Xu, Yongping Yang, Jiang Zhu, Michel C. Nussenzweig, Joseph Sodroski, Lawrence Shapiro, Gary J. Nabel, John R. Mascola, Peter D. Kwong1 ; Science. 8 juillet 2010

- “ Rational Design of Envelope Surface Identifies Broadly Neutralizing Human Monoclonal Antibodies to HIV-1 ” ; X. Wu, Z.-Y. Yang, Y. Li, C.-M. Hogerkorp, T. Zhou, S.D. Schmidt, L. Wu, L. Xu, N.S. Longo, K. McKee, S. O’Dell, M.K. Louder, D.L. Wycuff, Y. Feng, M. Nason, N. Doria-Rose, M. Connors, P.D. Kwong, M. Roederer, R.T. Wyatt, G.J. Nabe, J.R. Mascola ; Science ; 8 juillet 2010


Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu