Vers une meilleure prise en charge des coinfections VIH-VHB et VIH-VHC en France

Publié le 16.06.2010 | par Claire Criton

En France, chez les patients co-infectés VIH-VHB et VIH-VHC, l’infection par le virus de l’hépatite B ou C est mieux explorée, suivie et traitée. Des études françaises soulignent l’importance de la formation des médecins et des malades pour un meilleur accès aux soins des patients co-infectés.

GIF - 3.5 ko
VIH/sida et coinfection VHB et VHC

Des études françaises se sont penchées récemment sur le traitement de l’infection chronique par les virus de l’hépatite B ou C chez les patients co-infectés VIH :

- une première étude a inclus 451 patients (dont 246 co-infectés VIH-VHB) présentant ou ayant présenté un Ag HBs positif, vus entre le 29 septembre et le 31 octobre 2008 ;

- une deuxième étude a prospectivement inclus 280 patients coinfectés VIH-VHC entre le 22 et le 29 novembre 2004 (cohorte 2004) ;

- une troisième étude a prospectivement inclus 416 patients du 3 au 10 avril 2006 (cohorte 2006) ;

- une quatrième étude a prospectivement inclus 419 patients entre le 15 et le 22 juin 2009 (cohorte 2009).

La co-infection par le VIH n’a pas d’impact négatif sur les taux de succès thérapeutique des traitements anti-VHB.

- La présentation clinique et les scores de fibrose hépatique étaient identiques chez les co-infectés VIH-VHB que chez les mono-infectés VHB.

- Les patients VIH-VHB étaient plus souvent sous traitement anti-VHB que les mono-infectés VHB (92,7 %vs 57,1 %), conduisant à une plus grande fréquence d’ADN VHB indétectable (71,0 % vs 44,1 %).

Le nombre de patients co-infectés n’ayant jamais reçu de traitement anti-VHC a progressivement diminué entre 2004 et 2009 (37 % vs 42 % vs 54 %).

- l’absence de biopsie hépatique est devenue une raison très rare de non-traitement de l’hépatite C ;

- le taux de réponse virologique complète et soutenue a augmenté très significativement (49 % vs 29 % vs 29 %) chez les patients traités pour une hépatite C.

- les patients co-infectés VIH-VHC en 2009 ont bénéficié d’une meilleure estimation des lésions hépatiques, ont plus souvent reçu un traitement anti-VHC.

Ces résultats très encourageants soulignent l’importance de poursuivre les efforts de formation des médecins et des patients afin d’augmenter l’accès des patients co-infectés VIH-hépatite B ou C aux traitements.


Dans la presse scientifique

- “ Traitement de l’infection chronique par le virus de l’hépatite B chez les patients co-infectés ou non par le VIH : étude EPIB-2008 ” ; P. Cacoub, D. Sene, J.-F. Bergmann, V. Loustaud-Ratti, P. Morlat, E. Rosenthal, S. Pol, K. Lacombe, P. Miaihles, I. Goderel, F. Carrat, L. Piroth ; La Revue de Médecine Interne, Volume 31, Supplement 1, June 2010, Pages S48-S49


En savoir plus sur les co-infections VIH-hépatite

- Plus de brèves

- Co-infection : Des progrès indéniables,des obstacles nombreux : sur VIH.org

- Le VIH et les coinfections virales B et C, diaporama


Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu