Vie sexuelle et infection à VIH

Publié le 14.03.2011 | par Patricia Fener

La qualité de vie sexuelle et affective des personnes vivant avec le VIH est perturbée du fait des contraintes inhérentes à la maladie, aux traitements et aux risques de transmission et d’exclusion. La prise en considération des troubles sexuels doit faire partie intégrante de la relation médecin-patient au cours de l’infection à VIH.

JPEG - 17.3 ko
VIH, vie affective, sexualité ; Wikimedia commons : Camille Claudel "Shakuntala"

Une étude réalisée sur 134 patients séropositifs pour le VIH et suivis au CHU Ibn Rochd de Casablanca qui ont accepté de répondre oralement à un questionnaire

- Concernant leur statut vis-à-vis du VIH :

  • Le suivi moyen était de 60 mois ;
  • 48% étaient au stade C de l’infection à VIH ;
  • 80% étaient sous thérapie antirétrovirale ;
  • 80% avaient une charge virale indétectable.

- Concernant les caractéristiques socio-démographiques :

  • L’âge moyen était de 38 ans (18-60 ans) et 54% étaient des femmes ;
  • 51% étaient sans travail et 39% analphabètes ;
  • 66% vivaient avec leurs parents ou en couple ;
  • 41% des femmes avaient un partenaire sexuel stable (47% pour les hommes).

Des troubles sexuels identifiés selon les critères du DSM-IV [1]

Parmi les hommes inclus, 64% affirment ne pas avoir une activité sexuelle satisfaisante et 80 % rapportent des troubles sexuels, notamment un dysfonctionnement érectile.

Des difficultés pour les patients à annoncer leur statut sérologique

Dans cette étude, 70% des patients disent avoir annoncé leur séropositivité à leurs partenaires.

Très peu d’études concernent la sexualité des femmes vivant avec le VIH

Dans cette étude :

- 70% des femmes disent ne pas avoir une activité sexuelle satisfaisante ;

- 69% se plaignent de troubles sexuels, avec en particulier une baisse de la libido, une anorgasmie et une dyspareunie.

Ces troubles sexuels ont une origine multifactorielle et peuvent être dûs :

- à l’impact psychologique du caractère sexuellement transmissible de l’infection à VIH, responsable d’un sentiment de culpabilité avec la peur de contaminer ;
- à la baisse du taux de certaines hormones ;
- à l’existence d’une dépression sous-jacente ;
- aux conséquences des traitements antirétroviraux liées aux effets indésirables et au stress que peut représenter la prise de médicaments, avec :

  • des troubles plus importants chez les personnes traitées quelle que soit la combinaison ;
  • des troubles érectiles plus fréquents chez les hommes prenant des inhibiteurs de protéase.

- aux changements corporels qui semblent être des déterminants majeurs dans les dysfonctionnements sexuels des personnes vivant avec le VIH ;
- à l’addiction au tabac et à l’alcool responsable d’une carence en vitamines B et d’une chute du taux de testostérone.

Une utilisation insuffisante du préservatif

- 59% seulement des patients inclus dans cette étude utilisent systématiquement le préservatif lors des rapports sexuels ;
- 42% des femmes séropositives ont des rapports non protégés avec leur partenaire stable et 29% avec des partenaires occasionnels ;
- 40% des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes ont des rapports non protégés avec le partenaire stable et 23% avec des partenaires occasionnels.

Cette étude montre le besoin d’intégrer dans la prise en charge des patients VIH+ des actions portant sur la qualité de leur vie affective et sexuelle, car l’annonce de la séro-conversion a souvent comme conséquence un retrait du champ amoureux. Un accompagnement par des personnels compétents doit leur permettre de définir de nouvelles valeurs et de nouveaux points de références, notamment en matière de protection.


Source :
- M. El Fane, R. Bensghir, S. Sbai, A. Chakib, N. Kadiri, A. Ayouch, H. Himmich. Qualité de vie sexuelle chez les personnes vivant avec le VIH. Sexologies, Article sous presse, disponible en ligne le 10 mars 2011


[1] Le DSM-IV est un manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux rédigé par l’American Psychiatric Association

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu