Voyage et VIH, une vigilance accrue est nécessaire

Publié le 07.07.2010 | par Claire Criton

Voyager en 2010 lorsque l’on est séropositif est tout à fait possible, sous réserve de respecter quelques principes de vigilance. Comme tous les ans, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publie ses recommandations sanitaires pour les voyageurs et consacre un petit chapitre aux particularités liées à l’infection à VIH/sida.

JPEG - 22.4 ko
Sida et voyage

Le risque de contracter certaines infections est accru.

Une vigilance accrue doit être exercée sur le risque de contracter certaines maladies infectieuses chez le sujet porteur du VIH : leishmanioses, salmonelloses, tuberculose, infections dues à des coccidies intestinales, histoplasmoses, etc.

Les précautions d’hygiène doivent être rigoureuses.

La personne séropositive doit réduire le risque de contracter des maladies qui seront plus graves chez le sujet porteur du VIH. Elle devra avoir une bonne hygiène alimentaire : attention notamment à l’alimentation et aux boissons à l’étranger :
- Ne buvez que des boissons en bouteille (ouverte devant vous), ne consommez pas de glace ni de glaçon, désinfectez éventuellement l’eau avec des comprimés ;
- Pelez les fruits, ne mangez que des légumes, viandes et poissons cuits ;
- Évitez les produits locaux peu sûrs, par exemple à base de produits laitiers crus.

Les vaccins sont recommandés comme à l’ensemble des voyageurs.

Cependant pour la fièvre jaune, le vaccin (vivant atténué) est contre-indiqué dès qu’existe un état d’immunodépression (taux de lymphocytes CD4 inférieur à 200/mm3).

La prophylaxie antipaludique représente un cas un peu particulier.

- l’atovaquone peut diminuer la concentration plasmatique de l’indinavir ;
- l’efavirenz, les associations lopinavir/ritonavir et atazanavir/ritonavir diminuent les concentrations plasmatiques d’atovaquone et de proguanil, avec donc un risque d’échec de la prophylaxie antipaludique par la Malarone® dans ces situations.

Les sulfamides peuvent entraîner un risque de photosensibilisation.

Ils sont souvent prescrits chez les patients séropositifs. Une protection solaire (vêtements et crèmes écran) est fortement recommandée.

Une consultation médicale est indispensable avec avis spécialisé avant le départ.

Il faut préparer soigneusement ses vacances avec son médecin et éviter quelques zones et situations à risques. Un seul impératif : la continuité des soins !


- Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°21-22

- Voyager en 2009 quand on est infectées par le VIH

- Plus de bibliographie

Ce site utilise phpmyvisites pour analyser l'audience et améliorer son contenu